Fête de la musique : le monde est un village

De jeudi à dimanche, la fête de la musique s'est déployée en Wallonie et à Bruxelles. Samedi, le parc du Cinquantenaire accueillait deux scènes. Partenaire de l'événement, Moustique y était, aux premières loges.

image-26

La programmation du Village de la Musique (deux scènes au parc du Cinquantenaire), a multiplié les grands écarts stylistiques. C’est le 77, dernier groupe de rap à avoir émergé de la féconde scène bruxelloise, qui a ouvert le bal. Dès 17h, il a transmis sa folie excentrique à un public déjà en pleine euphorie post-victoire des Diables. Autre univers, même territoire, le groupe de rock expérimental bruxellois BRNS leur succède. Le suivant à monter sur la scène au pied des arcades est le groupe de funk coloré, Le Tout-Puissant Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou. Super Parquet vient ensuite s’assurer que l’éclectisme de cette Fête de la Musique est bien respecté, en proposant un mix curieux entre sonorités traditionnelles et psychédéliques.

Le 77 à la Fête de la Musique 2018

crédit photo : Bernard Babette

À 21h, apogée. La voix profonde et envoûtante du poète Baloji, que l’on reconnaît entre mille, résonne enfin et transporte le public. La transition qui suit est cependant moins franche. Bien que plus rythmé, l’univers de Zombie Zombie ne se situe pas aux antipodes de celui qui habitait la scène juste avant lui. Enfin, pour boucler la boucle de l’expression musicale, TTC. Les énergumènes du hip-hop aux influences house ont célébré leurs 20 années d’existence en parcourant leur répertoire et en clôturant cette soirée.

Les drapeaux de Moustique s’élevaient fièrement en face de ces deux scènes audacieuses, où se sont succédés les artistes. À journée musicale, numéro musical. La rédaction était présente pour distribuer son dernier numéro consacré au rap et à une rencontre exclusive avec Damso. Distribués comme des petits pains.

La Fête de la Musique 2018 au parc du Cinquantenaire

crédit photo : Bernard Babette

Sur le même sujet
Plus d'actualité