« Get Up, Stand Up », les contestations s’affichent

L'expo installée au MIMA explore l’univers graphique des affiches créées par les mouvements contestataires de 1968 à 1973.

expo_getup_illu_ouverture_c_mimamuseum

« Sois jeune et tais-toi”, “Power to the people”, “La lutte continue”, “Make love, not war”… Ils sont tous là, ces slogans et affiches qui ont porté les mouvements contestataires dès la fin des années 60. Grâce à la technique de la sérigraphie venue des États-Unis, l’affiche, jusque-là instrument du pouvoir par excellence, va, sous la pulsion estudiantine, inonder en Mai 68 la rue et répondre du tac au tac, avec jubilation et impertinence, aux messages gaullistes officiels.

Très vite, les étudiants tchèques reprendront les codes de ce Twitter avant l’heure pour contrer l’invasion soviétique. Aux États-Unis et ailleurs, les manifestants contre la guerre du Viêtnam, les féministes, les premiers écologistes s’empareront aussi de cette “arme” dont le Printemps arabe, le mouvement des Indignés voire Je suis Charlie retrouveront plus tard toute la force. Au MIMA, 400 affiches ou “posters” des années 1968- 1973 rassemblés par le journaliste Michaël Lellouche racontent les vivifiants prémices d’un média utilisant un  langage graphique concis, brut, recourant souvent à l’humour. Et donc d’une rare efficacité.

GET UP, STAND UP!, jusqu’au 30/9. MIMA, Bruxelles. www.mimamuseum.eu

Sur le même sujet
Plus d'actualité