Pourquoi il faut suivre les deux nouvelles séries de Marti Noxon

Créées par la scénariste et productrice Marti Noxon, Dietland et Sharp Objects seront diffusées cet été. Avec des thèmes tels que le féminisme, le patriarcat et les violences sexuelles, le timing n’aurait pas pu être plus “parfait“.

Julianna Margulies dans Dietland © Prod

Si son nom ne vous dit rien, vous la connaissez pourtant très bien. La cultissime Buffy contre les vampires, le film polémique sur l’anorexie To The Bone et UnREAL, la série qui se glisse dans les coulisses d’une émission de télé-réalité, c’est elle. À 53 ans, Marti Noxon a écrit, produit et réalisé une dizaine de fictions. Cet été, ce n’est pas une, mais deux de ses séries qui seront diffusées : Dietland et Sharp Objects. Et dans l’après #metoo, ces deux fictions tombent à pic.

Presse féminine et guérilla

C’est en 2015, à l’écoute du livre audio Dietland de Sarai Walker, que la scénariste et productrice américaine Marti Noxon a l’idée de créer la série éponyme, disponible dès le 4 juin sur la chaîne câblée américaine AMC (et sur Amazon Prime Video le lendemain). Dans le roman, un groupe rebelle de femmes kidnappe et tue les hommes accusés de crimes contre des femmes, qu’il s’agisse de misogynie quotidienne ou de viols. Mais l’histoire aborde aussi des thèmes plus que contemporains comme les standards de beauté, l’industrie de la minceur, la culture du viol et les conflits internes au féminisme. La série s’empare de ces sujets et est portée par l’excellente Julianna Margulies (Alicia Florick de The Good Wife) dans le rôle d’une ambitieuse rédactrice en chef d’un magazine, et Joy Nash qui interprète Plum, une femme obèse qui se prépare à subir une importante opération chirurgicale pour perdre du poids. Pour sa créatrice, Dietland est une série “provocatrice et sauvage“, teintée d’humour noir comme on peut le voir dans sa bande-annonce.

Noxon a toujours été intéressée par les thématiques féministes, mais c’est seulement aujourd’hui que ses idées trouvent écho dans notre société. Jason Blum, l’un de ses partenaires producteurs sur la série Sharp Objects, a d’ailleurs expliqué à The Atlantic que la scénariste ne crée aujourd’hui rien d’autre que tout ce qu’elle a toujours produit tout au long de sa carrière, “mais que c’est la culture actuelle qui l’a rattrapé. Aujourd’hui, tout le monde à Hollywood est à la recherche d’une Marti Noxon“.

Disparitions et enquête journalistique

Portée par Amy Adams, Sharp Object, la série événement d’HBO, sera lancée le 8 juillet prochain. Adaptée du roman Gone Girl de Gillian Flynn, elle a été réalisée par Jean-Marc Vallée à qui l’ont doit également Big Little Lies. Dans cette mini-série de huit épisodes, la journaliste Camille (Amy Adams) retourne dans sa ville natale pour couvrir les meurtres de deux adolescentes. Elle doit aussi faire face à ses propres démons et se réconcilier avec son passé. Un pitch qui fait drôlement penser à celui de la saison 1 de Top of the Lake. L’écrivaine Gillian Flynn s’est dite ravie de pouvoir travailler avec quelqu’un qui comprend les thèmes abordés dans son bouquin tels que la violence envers les femmes et la sexualité féminine.

De Buffy à l’affaire Weinstein

Marti Noxon est née à Los Angeles, dans une famille de cinéphiles. Son père était documentariste pour le National Geographic et son grand-père maternel fut l’un des premiers professeurs à enseigner le cinéma. Après s’être liée d’amitié avec le producteur et réalisateur Rick Rosenthal, elle est engagée à l’âge de 24 ans comme “executive development“. 

En 1997, Josh Whedon la réquisitionne pour écrire la saison 2 de Buffy contre les vampires, une série considérée comme révolutionnaire à une époque où l’on avait peu l’habitude de voir une jeune héroïne blonde dégommer des vampires sans (presque) aucun problème. C’est seulement en quittant cette série qu’elle décrit comme “une petite enclave féministe“, qu’elle réalise à quel point l’industrie télévisuelle est majoritairement dominée par les hommes. Quitter Buffy, “c’était comme être jetée d’une voiture à 90 kilomètres à l’heure“ explique-t-elle à The Atlantic

Marti Noxon au Women in The World Summit le 14 avril 2018 à New York © Belga Image

Elle écrit pour plusieurs séries à succès comme Grey’s Anatomy, Private Practice, Glee et l’indémodable Mad Men. Elle casse ensuite à nouveau les codes en créant Girlfriends’ Guide to Divorce pour la chaîne Bravo, peu enthousiasmée par un titre dans lequel on trouve le mot “divorce“. N’en déplaise aux directeurs de la chaîne, Noxon n’a jamais changé le titre de sa série ni renoncé à écrire un épisode sur la ménopause alors qu’on lui déconseillait sérieusement de le faire. 

Loin de se laisser marcher sur les pieds, la scénariste a récemment soutenu son ancienne collègue Kater Gorden dans ses accusations de harcèlement sexuel contre le créateur de Mad Men, Matthew Weiner. Présente au Vulture Festival, elle a expliqué : “À toutes les personnes qui, après que je l’ai soutenue (Kater Gordon, NDLR.), m’ont dit ‘C’est juste comme ça que ça se passe“, je leur réponds : ‘C’est comme ça que ça se passait avant ‘. On ne peut plus accepter le fait que le harcèlement fasse partie du monde artistique. Ce n’est pas une nécessité pour faire des shows de qualité. Ça, c’est un mensonge que les harceleurs véhiculent. J’en ai fini avec ça“. Marti Noxon n’a pas froid aux yeux, et on a hâte de voir comment son caractère affirmé se décline dans ses deux nouvelles séries. Vivement l’été.

Sur le même sujet
Plus d'actualité