Cannes 2018 : le décryptage de Cathy Immelen

Entre glamour, film à succès et paillettes, Cathy Immelen, la madame cinéma de la RTBF, nous donne son point de vue sur l’édition 2018 du Festival de Cannes.

Cannes 2018 © Belga Image

Cannes, c’est LE rendez-vous glamour du cinéma. Chaque année, producteurs et acteurs se bousculent sur la Croisette pour présenter leurs films. Mais cette année, raconte Cathy Immelen, le programme est un peu décevant : “Les studios américains préfèrent sortir leur film en automne, et donc ils ne se présentent plus au Festival de Cannes. Du coup, on perd tous les gros blockbusters”. Mais le timing n’est pas la seule chose qui retient les producteurs. “Il faut bien l’avouer : ils ont aussi peur des attentats. Pour les Américains, Nice et Cannes c’est quasi la même ville, alors ils sont un peu plus réticents à venir”.

Un changement de cap dans le festival

Avec la disparition des films à gros budget, il reste les films d’auteur. Le festival serait-il donc en train de se transformer en un festival de cinéma d’auteur ? “Oui, c’est tout à fait ça ! Avant, on avait une sorte d’équilibre entre les “gros films” et les films d’auteur. Mais maintenant, l’équilibre est rompu. Du coup, il y a moins de gens, et ce depuis quelques années. Avant, tous les soirs, il y avait des soirées, les gens se bousculaient pour voir le tapis rouge. Cette année, c’est nettement moins comme ça”.  

Si la sélection officielle est donc loin d’être aussi attirante que les autres années, la bonne surprise vient de la sélection parallèle. La catégorie Un autre regard a été créée en 1978 et récompense les films de cinéastes moins connus. Et cette année, le film qui fait sensation est belge ! Il s’agit de Girl, réalisé par Lukas Dhont, qui signe son premier long-métrage. Le film raconte l’histoire de Lara, 15 ans, une jeune fille née garçon qui rêve de devenir ballerine. “C’est vraiment la découverte de cette édition du festival. C’est un sujet en plein dans l’actu, on aborde la notion de genre, c’est bien réalisé et les acteurs sont touchants. Franchement, c’est un film qui aurait mérité sa place en compétition”. 

L'équipe du film Girl de Lukas Dhont © Belga Image

Le coup de cœur et la déception de Cathy

Cannes, c’est aussi l’occasion de découvrir de magnifiques films qui vous donnent des frissons et vous font verser une petite larme. Mais c’est aussi être déçu par un film dont on attendait beaucoup. Cathy Immelen nous livre son coup de cœur et sa déception du festival. 

Le coup de cœur : Zimna Wojna (Cold War) de Pawel Pawlikowski. Le film prend place dans la Pologne des années 50. Wiktor, pianiste et chef d’orchestre, tombe amoureux de Zula, chanteuse. Pour échapper au régime stalinien, ils vont s’enfuir en France. “Le film est magnifique ! Le noir et blanc est sublime et les acteurs aussi. En plus, la musique à un rôle à part entière, c’est vraiment un super film !”

La déception : Les filles du soleil de Eva Husson. Ce film raconte l’histoire de femmes kurdes qui décident de se battre contre l’État islamique. Ce bataillon est appelé “les filles du soleil”. Une journaliste française les rejoint pour partager leur histoire. “C’est une grosse déception, parce que j’attendais beaucoup de ce film. La réalisatrice est l’une des trois femmes en compétition. Il n’y en a que trois, alors forcément, on a envie que son film soit bon ! Mais franchement, c’est plat, certaines actrices ne sont vraiment pas terribles, et du coup on s’ennuie. C’est le genre de film qu’on a envie d’aimer, parce que le sujet est super. Mais quand on voit le film, il est complètement à côté de la plaque”.

Le festival se termine le 19 mai avec la remise des prix (une cérémonie retransmise en direct sur Canal +). La veille, le festival remettra les prix pour la catégorie Un certain regard, avec, on l’espère, un petit quelque chose pour notre compatriote belge.

Sur le même sujet
Plus d'actualité