Veence Hanao: deux concerts complets grandioses

Précis, touchant, singulier et toujours percutant, l'artiste bruxellois a caressé la perfection aux Nuits Botanique pour son retour après quatre ans d'absence. 

veencehanaopaul-henriverlooy2l0a6101

Devant une foule compacte et complice, Veence Hanao a retrouvé la scène. Deux soirs de suite, dans un Grand Salon acquis à sa cause, l’artiste s’est rassuré sur toute la ligne. Après quatre années de galères auditives – surdité, acouphènes, hyperacousie –, l’homme a retrouvé la santé, l’énergie, l’amour et la force. Toujours du côté obscur, mais désormais attiré par la lumière et les lueurs de la nuit, Veence Hanao s’est réinventé un monde avec Le Motel. L’habituel complice de Roméo Elvis est en effet à l’origine du déclic, du retour d’un rappeur essentiel. 

Bodie

Quatre ans de silence et d’incertitudes: une éternité dans l’espace-temps Spotify. Au bout du tunnel, il y a un album d’une puissance rare et, surtout, des retrouvailles avec le public. Épaulé par Le Motel, équipé d’oreillettes étudiées pour exfiltrer la douleur, Veence Hanao met d’emblée le cap sur « Bodie ». Ce nouveau disque donne le ton et plante le décor. Lancés en éclaireurs, les morceaux Parking et Sinistrose reviennent ainsi sur le chemin parcouru : des kilomètres de questions et d’angoisses pour délimiter un itinéraire pas comme les autres. Dans sa poésie urbaine, son sens du récit et l’art de dompter les idées noires, Veence Hanao est un rappeur unique. Ultra réaliste, connecté à l’époque, il chante La Jungle et ses vérités: « La joie, ça sert à rien dans la jungle« . La punchline est à l’image du retour : authentique. Le Motel lance ensuite l’instru de Lexomil, super anxiolytique et chanson ultra symbolique. Le titre est, en effet, à l’origine de l’union du verbe et des sons. Sans Lexomil, pas de Veence Hanao x Le Motel. 

Piqure de rappel

Ce retour, c’est aussi une sérieuse piqûre de rappel. En concert, Veence Hanao fait vivre ses mots au plus près du cœur. Les anciens Kick, Snare, Bien…, Chasse & Pêche ou Midi Pile (tiré de l’aventure « Autumn ») témoignent de cette furieuse maîtrise du tempo. Sous les serres du Botanique, l’intensité n’est jamais retombée. C’est simple : dès que l’artiste introduit un nouveau morceau, l’assistance écoute son histoire. De bout en bout. Dans les moindres détails. Entre une chanson d’amour vertigineuse (Mélusine) et un marathon autobiographique déconseillé aux asthmatiques (Prophétie), Veence Hanao donne le meilleur de lui-même. À mi chemin entre chanson française et hip-hop West Coast, le titre Asphalte enferme l’essence de la collaboration avec Le Motel.

Les Moineaux

En fin de parcours, sous les cris et les applaudissements, Veence Hanao arpente le Grand Salon. Micro à la main et arbalète au poignet, il scande son hymne stupéflip du moment : Les Moineaux, un récit psychotique doublé d’un scénario à la « Funny Games ». Là-dessus, Veence Hanao met tout le monde d’accord. Standing ovation pour ce retour de fou. à voir ou revoir cet été à l’occasion du Dour Festival ou, à la rentrée, du côté de l’AB. 

Veence Hanao + Le Motel  au Dour Festival le 17/7 et à l’Ancienne Belgique le 24/11. 

Photo: Paul-Henri Verlooy

Sur le même sujet
Plus d'actualité