Valentine : « Je me suis représentée à The Voice parce que je me lançais en solo »

À 21 ans et après avoir été éjectée du jeu il y a trois ans, elle gagne The Voice. Cas unique pour voix unique. 

Valentine, grande gagnante de The Voice ©RTBF

Au lendemain de la finale, décrivez-moi votre état de fatigue.

Vous voulez vraiment savoir ?

Oui…

J’ai l’impression d’être un peu loin de moi. J’ai même eu ce sentiment  de ne plus m’appartenir, les gens se permettent de tellement tout commenter… Un peu comme si j’étais un steak! Du coup, je me suis fort détachée des réseaux sociaux qui fatiguent énormément l’esprit.

Vous avez vécu des choses violentes sur les réseaux sociaux ?

Jusqu’aux live, je pouvais aller lire les commentaires. À partir du live où j’ai chanté L’hymne à l’amour, je lisais les 95 % de commentaires positifs, ça ne me faisait rien. Je lisais les 5 % de commentaires négatifs, je retenais les noms de leurs auteurs… Je me suis dit que ce n’était pas normal, que ce n’était pas sain. Il y avait même des gens qui  commentaient le fait que je bouge mes mains, mais qu’est-ce qu’on s’en fout que je bouge mes mains? 

Vous êtes un cas unique dans l’histoire de The Voice… Il y a trois ans, vous vous présentez aux blinds. Votre prestation est formidable et aucun coach ne vous choisit. Trois ans plus tard, vous vous représentez, les quatre coachs se retournent et vous gagnez la compétition… Avez-vous reçu des excuses ?

J’ai eu des excuses de Stanislas, il y a trois ans. Il m’avait contactée par Messenger… Mais moi, je ne me suis pas représentée dans un esprit de revanche. Je ne revenais pas pour réécrire ce qui s’était passé. Ce qui s’était passé, je m’en foutais. Je me suis représentée à The Voice parce que je me lançais en solo et j’avais envie d’être écoutée et boostée.

La production vous a-t-elle appelée pour vous représenter ?

Jamais. 

Pensez-vous que le public vous a aussi suivie parce que vous n’aviez pas été retenue il y a trois ans ?

Je pense. Il y a une histoire genre antihéros… Ça a touché les gens, ce rejet, même si moi, je ne l’ai pas vécu comme un rejet… Après, je pense que, cette année, mon Roxanne a dû influencer – le fait d’arriver avec quelque chose de très personnel sur une chanson très connue… 

Avez-vous eu peur de gagner ?

Oui, en janvier, quand j’ai vu ce qui se passait avec mon blind (son adaptation de Roxanne de Police a soulevé l’enthousiasme du public et suscité une pluie de commentaires sur les réseaux sociaux – NDLR), j’ai eu peur. Et puis, sans vouloir  me comparer à lui, je me suis dit que si Loïc Nottet avait gagné, il aurait quand même fait quelque chose de bien…

Puisque aucun des gagnants de The Voice n’a connu le succès public… 

Mais il y a plein de non-gagnants qui n’ont pas fait carrière non plus… 

Pouvez-vous me citer trois noms de gagnants de The Voice ?

Je peux tous les citer… Vous voulez? 

Oui…

Roberto Bellarosa, David Madi, Laurent Pagna, Florent Brack, Laura Cartesiani, Théophile Renier.

Pouvez-vous me citer les trois noms des trois non-gagnants qui ont réussi ?

Loïc Nottet, Alice On The Roof et Blanche.

Vous continuez vos études d’ingénieur de gestion ? 

Oui, je vais terminer mon année calmement. Je n’ai pas fait ces trois années d’études pour rien, j’ai vraiment envie d’un diplôme.

Sur le même sujet
Plus d'actualité