Lean On Pete, plongée d’un ado solitaire dans le grand Ouest

Avec une empathie rare et une bienveillance totale pour son personnage, le film observe la construction morale de Charley, un jeune homme quasi sans famille.

Lean On Pete ©Prod

Dans l’Amérique de la débrouille, Charley, un jeune homme quasi sans famille, se prend d’amitié pour un cheval de course promis à l’abattoir, avant de fuguer avec l’animal. Fresque sociologique sur l’Amérique des désemparés autant que récit initiatique tendre et brutal sur un adolescent isolé, le nouveau film du Britannique Andrew Haigh (45 Years) sélectionné à la dernière Mostra de Venise trace la route de l’Oregon jusqu’aux paysages arides du Wyoming, sur la piste d’un foyer où mieux grandir.

On y croise un entraîneur de chevaux miteux (Steve Buscemi), une femme jockey désillusionnée (étonnante Chloë Sevigny, icône du cinéma indé américain), des jeunes homeless, des faux cow-boys, et surtout un formidable jeune acteur dont la vulnérabilité de jeu rappelle River Phoenix: Charlie Plummer (découvert dans Tout l’argent du monde de Ridley Scott et Prix Marcello Mastroianni du meilleur espoir pour ce film). Avec une empathie rare et une bienveillance totale pour son personnage, le film observe la construction morale du jeune homme, sans éviter les accidents de parcours ni la traversée du désert de Charley. Adapté d’un roman de Willy Vlautin, le film est aussi porteur d’un optimisme fragile et viscéral qui se renforce à mesure que Charley découvre sa propre nature, comme un cadeau.

Lean On Pete (La route sauvage) – Réalisé par Andrew Haigh. Avec Charlie Plummer, Steve Buscemi – 121’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité