Kendrick Lamar remporte le prestigieux prix Pulitzer

Le rappeur de Compton est le premier artiste pop récompensé dans cette catégorie.

belgaimage-1256232201

Les noms les plus prestigieux du journalisme ont été mis à l’honneur lundi, à l’occasion de la cérémonie des prix Pulitzer. Le New York Times et le New Yorker ont reçu conjointement le prix Pulitzer du service public pour leurs articles sur les accusations de harcèlement sexuel et d’agression contre l’un des hommes les plus puissants d’Hollywood, Harvey Weinstein. Une autre catégorie récompense les œuvres musicales et a mis en lumière le travail du… rappeur Kendrick Lamarsur son album « DAMN. » sorti en avril 2017.

 Une première pour un artiste hip-hop. Habituellement, ce sont les œuvres classiques qui y sont primées, et ce depuis le lancement de la catégorie en 1943. Une récompense extrêmement importante, qui vient allonger la longue liste des prix glanés par l’artiste de 30 ans, qui a déjà remporté 12 Grammy Awards. Un award qui vient confirmer une nouvelle fois la qualité du travail de Kendrick Lamar, né à Compton en Californie, comme l’emblématique 2Pac avant lui.
 
Un artiste qui, depuis le début de sa carrière, n’a cessé de mettre en avant sa communauté, la condition des afro-américains et les problèmes de la société américaine d’une plume acérée. Le prix récompense aussi un   niveau d’écriture, un phrasé extrêmement maîtrisé, parfois hargneux, parfois plus désinvolte. La preuve avec des titres comme « The Blacker The Berry », « HUMBLE », « DNA », « m.A.A.d City » ou encore « Money Trees ». Mieux, son morceau « Alright », extrait de l’album « To Pimp A Butterfly » est devenu l’hymne du mouvement Black Lives Matter.

Pour la petite histoire, ce second opus dont est tiré « Alright » aurait dû s’appeler à l’origine « To Pimp A Caterpillar » pour rendre hommage à 2Pac, grâce à l’acronyme de son titre. Un rappeur engagé, presque politique, qui reprend le flambeau de son aîné, laissant au vestiaire son image sulfureuse. Ce parcours lui aura permis de devenir numéro 1 des charts aux États-Unis avec ses trois précédents albums. Le conseil Pulitzer a expliqué son choix, motivant « une collection de morceaux plein de virtuosité, unifiée par l’authenticité de sa langue et une dynamique rythmique qui proposent des photos marquantes, capturant la complexité de la vie moderne des Afro-Américains ».

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité