Boarding House Reach, le nouvel album de Jack White est une claque

Pour son troisième album solo, le chanteur des White Stripes revient en force avec une tracklist complètement folle.

jack_white_doc

Jack White s’est enfermé dans son appartement rempli d’instruments de toutes sortes. Il a tenté des associations étonnantes et…. ça fonctionne! Un excellent mélange de funk et de hip-hop pour certains morceaux, des distorsions poussées à l’extrême ou encore l’utilisation d’orgue. On est loin de ce à quoi les White Stripes nous avaient habitués mais avec tout de même cette base rock toujours présente même si parfois timide. On peut aussi noter la volonté d’utiliser différentes sortes de percussions, des petits bongos au gros djembé. Une diversité étonnante sur ce disque de treize chansons plutôt diversifiées.

Des racines éclectiques

On sent l’influence jazz également, avec des musiciens venant de scènes différentes mais qui parviennent à groover en harmonie. Sur «Boarding House Reach», on peut définitivement dire qu’il s’est déchaîné, avec bien entendu une présence bien marquées du blues, du funk, du hip-hop mais aussi de la country, ses premières idylles. Avec ce mix des genres, Jack White arrive à nous emmener dans son monde à lui, tout simplement déjanté.

C’est donc une réussite pour le musicien américain de 42 ans, qui a profité de la liberté qu’il avait pour sortir une farandole d’émotions. Un album qui en surprendra plus d’un avec ces sonorités si variées, étonnantes et brillamment bien mariées. Pour les amateurs de nouvelles sensations, de surprises ou de diversités, «Boarding House Reach» est une petite perle qui sort du lot.

Sur le même sujet
Plus d'actualité