Thriller pour déserteurs

Polar au ralenti et campagnard, Les retournants suit la déroute de deux déserteurs de l'armée française en 1918 et confirme le talent vénéneux de Michel Moatti.

livre_de_seba_1518

Les retournants? Les returnees? Les déçus du djihad qui rentrent au bercail, le sacrifice entre les jambes? Pas du tout. Les retournants que met en scène Michel Moatti sont des déserteurs de l’armée qui abandonnent leur poste pour se fondre dans la nature. En août 1918, la guerre touche à sa fin. Postés sur le front de la Somme, Jansen et Vasseur laissent tout derrière eux, troquent leurs uniformes contre des vêtements civils et s’enfoncent dans les tréfonds d’un paysage qui, loin des combats, étonne par son calme et sa tranquilité.

Mais si la violence extrême de la boucherie des tranchées s’éloigne, Jansen assiste avec étonnement au spectacle de la brutalité de son compère qui sème sur leur escapade plusieurs cadavres méchamment abimés. En éliminant deux pauvres bougres, Vasseur permet ainsi un échange d’identité qui devraient leur laisser la route libre.

Cette route mène au domaine d’Ansennes où vivent un vieil industriel au bord de la ruine, sa fille Mathilde et leur gouvernante, la silencieuse et mystérieuse Nelly Voyelle. Acceuillis comme des sauveurs – ils ont empêché un braqueur de s’emparer du chien adoré de Mathilde! – les deux fuyards, qui se prétendent médecins, trouvent ici refuge. Ils ignorent que François Delestre, alias le Chien de sang, gendarme spécialisé dans la traque des déserteurs, est juste derrière eux…

Climat tendu, calme suspect, regards perdus, décor silencieux, secrets sourds… Michel Moatti gère à la perfection ce polar au ralenti qui, entre les lignes, rappelle le déchaînement de mitraille dont fut le théâtre la Picardie durant la Première guerre mondiale et décrit la sauvagerie des hommes lorsqu’ils ont renoncé à l’espoir, mais veulent sauver ce qu’il leur reste de peau. Primé au Festival polar de Cognac (pour Tu n’auras pas peur), Michel Moatti est un romancier redoutable et dangereux comme une drogue.

Les retournants, Michel Moatti,  HC Editions, 270 p.

Moatti  

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité