4 morceaux qui rendent hommage à Martin Luther King

Le 4 avril 1968, le pasteur Martin Luther King était abattu par un ségrégationniste blanc à Memphis. Voici quatre morceaux, choisis parmi des dizaines, qui font honneur à ce personnage historique.

Martin Luther King © IMAGO / Belga Image

Stevie Wonder – Happy Birthday

Vous avez sans doute pris l’habitude de lancer Happy Birthday de Stevie Wonder à chaque anniversaire. Pourtant, ce morceau n’a pas du tout été écrit dans ce but là. Retour quelques décennies plus tôt : l’album « Hotter Than July » enregistré en 1980 et se clôture par le fameux titre, porté par une envolée de synthé. Les racines de cette chanson naissent dans l’esprit de Stevie Wonder quelques jours après l’assassinat de Martin Luther King, en 1968, alors que le député noir John Conyers présente un projet de loi visant à ce que le jour de naissance de MLK, le 15 janvier, devienne une fête nationale. Wonder écrit cette chanson pour que ce projet devienne une réalité, s’exprimant publiquement de nombreuses fois à ce sujet, notamment aux côtés de Coretta King, épouse du leader assassiné. Les paroles de la chanson martèlent qu’il est nécessaire de commémorer l’héritage de King. « Je n’ai jamais compris, comment un homme qui est mort pour faire le bien / ne pourrait pas avoir un jour qui serait férié pour sa reconnaissance ». Il faudra finalement attendre 1983 pour qu’enfin le 15 janvier soit décrété comme un jour férié aux États-Unis.

U2 – MLK

Difficile de méprendre les intentions de U2 avec ce morceau, puisqu’il est nommé selon les initiales de Martin Luther King. Il s’agit de la plage de clôture de l’album « The Unforgettable Fire » sorti en 1984. Un morceau pensé comme une berceuse qui rend hommage au travail de King grâce à des paroles simples, mais explicites. « Sleep, Sleep tonight / And may your dreams, Be realized / If the thundercloud, Passes rain / So let it rain, Rain down on him ». En janvier 2004, près de vingt ans après la parution de « The Unforgettable Fire », Bono et U2 seront reconnus par Coretta Scott King et le King Center d’Atlana, en Géorgie, pour les chansons hommage de MLK dans l’album qui contenait également le titre Pride (In The Name Of Love).

Public Enemy – By The Time I Get To Arizona

Le 6 novembre 1990, les habitants de l’Etat d’Arizona a rejeté une proposition visant à créer un jour férié pour le Dr. Martin Luther King, Jr. avec une marge de 17.000 votes. Un vote qui a eu lieu deux ans après que le gouverneur Evan Mecham ait annulé le MLK Day en disant : « Je suppose que King a beaucoup fait pour les gens de couleur, mais je ne pense pas qu’il mérite une fête nationale. » Ce morceau, By The Time I Get To Arizona, c’est la réponse du groupe Public Enemy à cette tirade polémique. Il déborde de frustration, de mépris et d’humour. Avec ses paroles légendaire Chuck D vise les citoyens de l’Arizona et, en particulier Mecham : « Je crois fermement que le hip-hop peut changer le monde et frapper les gens comme l’a fait Bob Marley ».

Common ft. Will.I.Am – A Dream

Lancée par un sample du discours historique de Martin Luther King, la chanson du rappeur Common et de Will.I.Am figure sur la B.O. du film « Freedom Writers » sorti en 2007. Le morceau, qui parle du racisme ambiant aux USA. « I believe in Heaven more than Hell – Je crois plus au Paradis qu’à l’Enfer / Blessings more than jail – Aux bénédictions qu’à la prison / In the ghetto let love prevail – Laissons l’amour l’emporter dans les ghettos / With a story to tell – Avec une histoire à raconter / My eyes see the glory and well – Mes yeux voient la gloire et bien / The world waitin’ for me to yell « I Have a Dream » – Le monde attends de moi que je crie ‘j’ai fait un rêve’ « 

Sur le même sujet
Plus d'actualité