La Sardaigne, terre promise

Dans Terres promises - au-delà de la vue touristique et du méga carré VIP pour millardaires - Milena Agus explore le tumulte de son île natale - la Sardaigne.

livre_de_seba_1418

Arrivée sur la scène internationale avec un best-seller – Mal de pierres, adapté au cinéma par Nicole Garcia qui dénature le récit en transformant la Sardaigne en Provence! – Milena Agus poursuit son exploration de l’identité sarde. Dans Terres promises – sublime saga familiale qui exhibe un art de l’élipse exemplaire – Agus retrace le va-et-vient d’Ester et Raffaele, immigrés de Sardaigne au lendemain de la Deuxième guerre, à la recherche d’une vie meilleure sur le continent. Rattrapés par le mal du pays, le couple tourne le dos à Milan et revient s’installer au village natal, reflet d’une île coincée entre archaïsmes, traditions et superstitions.

C’est dans ce bled, dans la région de Campidano, que grandit leur fille, Felicita qui, après avoir renoncé au mariage avec l’héritier d’un clan fortuné, part vivre à Cagliari où naîtra un petit garçon dont son fiancé ne saura rien… De  cette grande ville portuaire, centre d’une certaine modernité, ce fils – pianiste en quête de reconnaissance – fait reculer les frontières du possible et part à New York…

De ville en ville, de lieu en lieu, Terres promises est un texte magnifique sur la géolocalisation du bonheur. Un sujet hautement universel mais que Milena Agus ausculte à travers le prisme d’une famille dont le parcours est balisé – en filigrane – par les grands épisodes de l’histoire moderne de la Sardaigne. Du plan de reconstruction d’après-guerre au développement d’un tourisme hyper haut de gamme qui a fait de la Côte d’Emeraude le plus grand carré VIP des millardaires en goguette.

Terres promises, Milena Agus, Liana Levi, 176 p.
 

Plus d'actualité