500 numéros plus tard, Fluide Glacial bande encore

Les pionniers, première brique d’un édifice d’hommage rendu au magazine.

Les pionniers ©DR

« Umour et bandessinées« . C’est avec ce slogan à l’orthographe douteuse que Marcel Gotlib barra bien vite les couvertures iconoclastes, sexy et poilantes de sa création. Avec ses amis, il allait secouer le cocotier éditorial des seventies giscardiennes en créant un magazine pas comme les autres, réservé à l’humour et aux adultes! Dès le 1er avril 1975, les icônes de la BD ont rempli les cases du bien nommé Fluide Glacial, unies dans une salutaire entreprise de décoinçage et d’ouverture. De Franquin à Moebius, de Bretécher à Cabu, ils ont fait de cet objet vendu sous le manteau, façon Pervers Pèpère, une véritable institution.

C’est ce que raconte Les pionniers, première brique d’un édifice d’hommage rendu à ce grand magazine, en narrant les années 70, et la constitution d’un ADN rebelle et génial. 500 numéros plus tard, Fluide bande encore, comme s’en émerveille son fringant rédac’chef, Yan Lindingre: “C’est très bizarre de te trouver face à un Goossens, Edika ou un Binet qui t’appellent boss. Je les vénérais quand j’avais 14 ans! Si on est encore là, c’est grâce à une mayonnaise qui doit prendre, entre jeunes auteurs et vieux de la vieille”. Elle a pris.

Les pionniers. Gérard Viry-Babel. Fluide Glacial, 224 p.

Sur le même sujet
Plus d'actualité