Le palmarès (sans surprises) des Victoires

Tandis qu’Orelsan rafle la mise, les autres récompensés repartent avec un seul trophée à la main. La Cérémonie fut quant à elle, comme à son habitude, d’un ennui total.

orelsan

Il est passé minuit trente quand Orelsan remporte son troisième trophée et est sacré artiste masculin de l’année. Plus tôt dans la soirée, le jeune rappeur était couronné du prix de la meilleure création visuelle pour son clip « Basique » ainsi que du très convoîté meilleur album de musiques urbaines de l’année.  Grand favori  de la compétition, il est le seul à être reparti avec plus d’une Victoire à la main. Rien d’étonnant. Mais si on se réjouit de son triomphe, il n’en reste pas moins que la soirée fut … longue.

Cette 33ème Cérémonie semblait pourtant bien commencer. Après un hommage obligé à Johnny, on retrouvait la pétillante Daphné Burki, présentatrice des Victoires pour la première fois. Et il faut dire qu’avec son exentricité, la chroniqueuse française amène dès le début de l’émission un vent de fraîcheur. Même le public, le pire qu’on peut avoir, disons-le nous, parvient à rire à quelques-unes de ses blagues. Mais très vite, les premiers bugs se font sentir. Artistes non-prêts, panne de courant au bout d’une demi-heure, le malaise est présent et les premières longueurs se font sentir. Heureusement, Daphné parvient à combler les trous avec brio. Entre ses six changements de tenue, son saut dans le public, sa vente de goodies ou encore ses quelques pas de danse avec le public, on ne pourra pas dire qu’elle n’aura pas essayé d’animer un peu la soirée.

Le problème ? La remise de prix n’avance pas. A 22h35, seules trois Victoires sur les douze ont été décernées. Pire, c’est à ce moment que l’émission décide de faire un récapitulatif de la soirée, dans laquelle il n’y a encore rien eu. C’est long, on s’ennuie. A partir d’un moment, l’humour de Daphné ne suffit plus à faire contrepoids. Et ce n’est pas le retour de Kyo ou la performance complètement ringarde du groupe Aliose qui vont nous faire passer le temps plus rapidement. Sans noter que le son, bien souvent, laisse à désirer.

Malgré tout, on retiendra quand même quelques bons moments, comme par exemple la performance de Big Flo&Oli, qui fait appel à toute une chorale pour performer sur scène, offrant une autre dimension à leur chanson « Dommage ». Récompensés dans la catégorie chanson originale, les deux frérots avaient préparé un sympathique discours en rimes, sans doute le meilleur de la soirée. On retiendra aussi le duo Sting et Shaggy, le premier étant le président de la soirée. On félicite Julien Doré, qui, accompagné au piano par son panda, a terminé sa chanson par des gestes en langage des signes. La palme de l’émotion, quant à elle, est remise à Juliette Armanet, émue aux larmes lors de la remise de son prix, pour le meilleur album révélation. Camille, la chanteuse totalement décalée, nous a également distraits, en se baladant dans le public munie de son tambour. Celle-ci s’est vu remettre le prix du meilleur concert, face à un Doré qui a pourtant fait une tournée sold-out. « Je dédie cette Victoire à toutes les femmes qui courent avec les loups », a-t-elle déclarée. Enfin, Charlotte Gainsbourg, qui mérite amplement  son titre d’artiste féminine de l’année, a offert une performance remarquable, sous un jeu de lumière incroyabl. Mais ceux qui ont sans aucun doute le plus brillé lors de cette soirée sont la bande à M et ses amis du Mali, avec leur titre « Toumani Diabaté », remettant un peu de bonne humeur et d’énergie positive dans le public. Ils ont été récompensés dans la catégorie album de musiques monde, à notre grand bonheur !

 

Le palmarès

 

Album rock

« The Evol » – Shaka Ponk

Album de musiques du monde

« LAMOMALI » – M, Toumani & Sikidi Diabaté et Fatou Diawara

 

Album électronique

« Temperance » – Dominique Dalcan

 

Création audiovisuelle

« Basique » – Orelsan

 

Chanson originale

« Dommage » – Big Flo & Oli

 

Concert

Camille

 

Album de chansons

« Géopoétique »- MC Solaar

 

Album révélation

« Petite amie » – Juliette Armanet

 

Album de musiques urbaines

« La Fête est finie » – Orelsan

 

Révélation scène

Gaël Faye

 

Artiste féminine

Charlotte Gainsbourg

 

Artiste masculin

Orelsan

 

 

 

 

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité