Rumeurs, secrets et vieilles histoires de famille

Découvert par Jean-Philippe Toussaint, Vincent Almendros joue avec les ondes du secret familial dans Faire mouche, suspens minimaliste et campagnard.

livre_7

Laurent revient dans son bled d’enfance – Saint-Fourneau.  Il vient assister au mariage de sa cousine Lucille. Sa compagne, Constance, a aussi fait le déplacement. On comprend assez rapidement que Constance n’est pas Constance, mais Claire – une amie qui a accepté de jouer le rôle de l’autre. Pourquoi? L’accueil dans la famille n’est pas très chaleureux, et personne ne semble connaître la vraie Constance, d’où la réussite de l’imposture.

La famille n’a pas que des trophées à exhiber. La mère de Laurent vit avec le frère de son ex-mari dont la rumeur au hameau laisse entendre qu’il aurait été empoisonné par sa femme. La cousine, elle, future mariée, semble remplie de vieilles colères et de vieilles rancoeurs héritées de vieilles histoires qui pourrissent dans sa tête. A l’autre bout du portable, il y a le frère de Constance qui s’inquiète de l’absence de sa soeur – « Vous vous êtes encore disputés? »

Roman d’une crise existentielle et thriller minimaliste, « Faire mouche » déroule un suspens cotoneux dans une atmosphère de campagne où la mauvaise odeur des secrets de famille se mêle au parfum des clapiers, de la langue de boeuf en sauce tomate et des champignons. Après deux premiers romans (Ma chère Lise et Un été), Vincent Almendros poursuit son travail d’écriture sans effets spéciaux, servant ici  un récit dont la dernière ligne à la dernière page livre l’explication de la présence de Claire à la place de Constance.

Faire mouche, Vincent Almendros, Editions de Minuit, 128 p.

Sur le même sujet
Plus d'actualité