L’insulte, film courageux

Nominé à l'Oscar du meilleur film étranger, le film de Ziad Doueiri ouvre des chapitres tabous de la mémoire collective libanaise. 

L'insulte ©Prod

À Beyrouth, de nos jours, une dispute de rue éclate entre un garagiste chrétien libanais et un ouvrier palestinien, à cause d’un banal problème de plomberie. Au cœur de ce thriller politique et social salué par le prix d’interprétation à la Mostra de Venise pour l’acteur palestinien Kamel El Basha, des insultes violentes proférées dos à dos (massacre contre massacre) plongent dans le passé tragique du Liban de la guerre civile. Tandis qu’on craint dans une première partie le film-concept trop démonstratif, le réalisateur franco-libanais Ziad Doueiri (L’attentat, la série Baron noir) parvient à ouvrir des chapitres tabous de la mémoire collective libanaise, laissant place à de fabuleuses scènes de procès desquelles naissent la nécessité et la possibilité d’une réconciliation. Courageux.

L’insulte. Réalisé par Ziad Doueiri.  Avec Adel Karam,  Kamel El Basha, Camille Salameh – 113’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité