Pourquoi certains morceaux vous donnent la chair de poule

Vous est-il déjà arrivé d'avoir des frissons quand vous écoutez un morceau ? Si oui, il semblerait que votre cerveau soit spécial.

écouter musique

Les poils de vos avant-bras se dressent à l’écoute de Georgia On My Mind de Ray Charles? Ce n’est pas anodin. Cette réaction intéresse les chercheurs depuis des décennies : comment expliquer que certains morceaux nous donnent la chair de poule dès la première écoute, alors que d’autres titres nous laissent complètement stoïques. C’est prouvé, la musique peut délivrer au moins autant de plaisir qu’un bon repas, ou même qu’une partie de jambes en l’air, selon les zones du cerveau qu’elle stimule. Une sensation euphorique qui lie au moins deux sens, l’ouïe et le toucher. Pour tenter de comprendre ce phénomène, des scientifiques américains menés par Matthew Sachs à Harvard ont lancé un appel aux fans de musique qui ressentaient ces « frissons » à l’écoute de certains morceaux.

Plus de 200 personnes ont répondu à l’appel et rempli des questionnaires de personnalité en ligne. Parmi ceux-ci, Sachs et d’autres chercheurs de l’Université Wesleyan du Connecticut en ont sélectionné 10 pour former un «groupe frissons» et 10 autres pour former un groupe «sans frissons». À l’aide d’une batterie de tests, les chercheurs ont mesuré les réactions physiologiques des volontaires à la musique qu’ils écoutaient avec des titres comme Strawberry Swing de Coldplay ou Tristan and Isolde de Wagner. Les résultats sont sans appel : les personnes du groupe « frissons » possèdent plus de fibres nerveuses allant du cortex auditif, nécessaire pour la capacité auditive de base, à deux autres régions, dont celle située dans le cortex pré-frontal responsable des émotions. Ces personnes ressentiraient globalement des émotions plus fortes, qu’elles soient négatives ou positives et seraient plus en phase avec celles-ci.

Le plus frappant finalement, c’est le lien qui s’opère entre certains moments de notre existence et la musique qui y est liée. La plupart des gens associent des chansons avec des moments, des personnes et des souvenirs particuliers, ce qui se répercute sur notre humeur. Sachs a d’ailleurs déclaré que ces révélations pourraient avoir un impact sur le traitement des troubles dépressifs. »La dépression provoque une incapacité à expérimenter le plaisir des choses de tous les jours » explique-t-il « Vous pourriez utiliser la musique avec un thérapeute pour explorer vos sentiments. »

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité