Sara Forestier, l’Esquive devenue cinéaste

Sara Forestier a été révélée à quinze ans par Abdellatif Kéchiche dans L’Esquive.

m

La réalisatrice livre un premier long-métrage passionné, articulé autour de la rencontre improbable entre Lila, une jeune femme bègue très douée (Forestier) et Mo (formidable Redouanne Herjane), un homme dont la virilité apparente cache un autre handicap : l’illettrisme. Brassant des références au cinéma réaliste dont elle est issue (Kéchiche, Doillon) et s’inspirant d’une histoire vécue, Forestier s’autorise aussi des échappées lyriques (les inserts de poèmes en plein écran – « tu sais comme les maisons incendiées se penchent l’une contre l’autre / et comme deux bêtes dans le noir craquent de bien-être »), voire carrément romanesques (la caravane de Mo dominant la ville), avec, au bout de ce voyage parfois violent sur l’impossibilité de dire, l’irruption d’une tendresse assez énorme dont Jean-Pierre Léaud se fait la caution émouvante en père de cinéma aux pieds nus.

De et avec par Sara Forestier. Avec aussi Redouanne Herjane – 98’

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité