Le «Louvre des sables» se dévoile à Abu Dhabi

Pour son nouveau musée, Abu Dhabi a choisi la star française de l’architecture, Jean Nouvel. L'architecte a imaginé une «ville-musée» qui s’étend sur 97.000 mètres carrés. Visite des lieux avant son ouverture le 11 novembre.

louvre_abu_dhabi_moustique

Dix ans après la signature entre la France et les Émirats arabes unis, le Louvre Abu Dhabi va enfin ouvrir ses portes au public, ce samedi 11 novembre. En achetant la «marque» française et des centaines d’œuvres d’art, le plus grand et le plus riche des émirats pétroliers du Golfe, sinon le plus peuplé, espère faire d’Abou Dhabi la place culturelle la plus importante du monde arabe, voire au-delà. 

En attendant de voir ce que réservent ses vingt-trois galeries permanentes, il est d’ores et déjà permis d’en admirer l’écrin: une ville-musée («médina») jetée sur l’île de Saadiyat et recouverte par un dôme de 180 mètres de diamètre, lui-même composé de 8.000 étoiles de métal entrelacées. Pour ce «geste architectural», Abu Dhabi a choisi la star française Jean Nouvel, déjà auteur de l’Institut du monde arabe à Paris. Dès 2006, l’architecte contextuel a été convié à prendre part à la création d’un grand district culturel dans l’Émirat. Sa mission: bâtir un musée de Civilisations qui viendrait compléter tout un ensemble d’institutions culturelles.

Ce qui n’était que plages de sable désertiques il y a quelques années est en train de devenir un village dédié à la création mondiale, dont le Louvre Abu Dhabi n’est que la première pierre. L’île comptera en effet cinq bâtiments culturels d’envergure internationale avec, en plus du Musée des Civilisations, le Musée national Sheikh Zayed dessiné par Norman Forster, le Guggenheim-Abou Dhabi de Frank Gehry, une salle de spectacle conçue par Zaha Hadid et un musée de la Marine réalisé par Tadao Ando. 

 

‎…أربعة أيام ‎تعانق فروع شجرة « أوراق النور » التي أبدعها الفنان جوسيبي بينوني قبة متحف #اللوفر_أبوظبي لتشكِّل رمزاً للحياة، فيما تعكس المرايا المثبتة على فروعها #شعاع_النور. تأمَّل هذا العمل الفني أثناء زيارتك للمتحف. اشترِ تذكرتك من خلال الرابط في البايو ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ 4 Days… Soaring towards #LouvreAbuDhabi’s dome, Giuseppe Penone’s sculpture ‘Leaves of Light’ is a symbol of life, as shared by all cultures. Come see it for yourself; for tickets follow the link in bio. ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ Leaves of Lights © Guiseppe Penone Louvre Abu Dhabi

A post shared by Louvre Abu Dhabi (@louvreabudhabi) on

Pluie de lumière
Aujourd’hui, «Le Louvre des sables» est le premier achevé de ces établissements. Plus qu’un bâtiment, Jean Nouvel explique avoir voulu créer une «médina», une ville-musée composée par les différents volumes blancs des galeries du musée, et l’envelopper d’un micro-climat. Il a donc abrité sa «ville culturelle» sous un grand parasol. D’un diamètre, à sa base, de 180 mètres, ce dôme est formé par plusieurs épaisseurs de mantilles métalliques. «La grande architecture arabe est toujours géométrie et lumière. A travers les couches superposées du dôme, un rayon de soleil se retrouvera parfois bloqué ou trouvera parfois son chemin. Ainsi des tâches lumineuses apparaîtront, puis disparaîtront», explique l’architecte. Ce phénomène baptisé «Pluie de lumière» devrait apparaître comme une des pièces majeures de la collection de ce nouveau musée, dont les galeries intérieures où se trouvent les 600 œuvres louées par le Louvre et douze autres musées français, ne comptent pas pour plus d’un cinquième de l’espace total du bâtiment.

Sur le même sujet
Plus d'actualité