J’aime le sexe mais je préfère la pizza: cool et léger

Des appels du pied à notre propre enfance.

J'aime le sexe mais je préfère la pizza ©Doc

Il y a beaucoup de tendresse et au moins autant d’humour dans ce recueil de nouvelles autobiographiques qui propose, sur un plateau, les meilleurs moments de la construction d’un jeune homme d’aujourd’hui. Moments d’enfance et d’adolescence – la mise en chantier d’un poulailler, l’expérience d’un camp de vacances, le braquage dans un magasin de souvenirs sous mauvaise influence d’une cousine un peu rebelle, des baisers exécutés au son de Mariah Carey et des Red Hot Chili Peppers… – comme autant d’instants scintillants dans leur gaucherie juvénile, et comme – c’est là le plaisir du texte – autant d’appels du pied à notre propre enfance. On avait déjà remarqué Thomas Raphaël avec La vie commence à 20h10 (tableau piquant et coloré des mœurs en vigueur dans les coulisses de la télé), le voilà à cœur ouvert et bien inspiré sur un exercice pas évident – la chronique personnelle. Cool et léger, J’aime le sexe mais je préfère la pizza, pratiqué dans les transports en commun, peut attirer sourires et plus si affinités.

J’aime le sexe mais je préfère la pizza. Thomas Raphaël. Flammarion, 261 p.

Sur le même sujet
Plus d'actualité