« Nous sommes tous des Bouddha en puissance »

Il a la cote et séduit chaque année des milliers de Belges. Dans quelques mois, le bouddhisme rejoindra même les six cultes - et la laïcité - reconnus en Belgique. Immersion dans l’un de ses temples.

©Rafal Naczyk

Dans le petit temple du Centre Samye Dzong à Bruxelles, près des offrandes de fruits, un portrait du dalaï-lama tout sourire rappelle l’aura du maître spirituel sur le bouddhisme tibétain, et au-delà. Le silence règne. On y pénètre déchaussé. Assis face à une petite assemblée, un homme – moustache garnie et costume bleu vintage – rompt timidement le silence. En quelques mots, il fait découvrir les particularités d’une des quatre branches du bouddhisme tibétain, le Kagyüpa. ”La déclinaison tibétaine partage les mêmes bases que les trois grandes écoles bouddhistes (le Theravāda, le Mahâyâna et le Vajrayâna), mais elle a ses propres méthodes pour transformer les émotions perturbatrices comme la jalousie, la colère ou la haine en sagesse.” Mais attention: si le bouddhisme est une religion avec ses rites et ses prières, ce n’est pas le culte d’un dieu créateur. ”Bouddha est un homme comme vous et moi. En fait, nous sommes tous des Bouddha en puissance, mais la plupart du temps nous l’ignorons… Le travail d’un bouddhiste consiste à développer sa sagesse, aussi bien dans son esprit que dans son corps. Et à faire le bien”, conclut le grand moustachu.

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité