Avec Mother!, Aronofsky nous livre le pire

Darren Aronofsky se perd dans un thriller horrifique mort-né.

Avec Mother, Aronofsky se perd dans un thriller horrifique mort-né. ©Prod

Un écrivain (Javier Bardem) qui vit retiré avec sa femme (Jennifer Lawrence) se laisse peu à peu envahir par des étrangers. Darren Aronofsky est capable du pire (The Fountain) comme du meilleur (The Wrestler et Black Swan). Il nous livre ici le pire. Rien ne marche dans ce récit débutant à la manière d’un “invasion movie” et dérivant vers un délire messianique ridicule. Le cinéaste débute plusieurs récits mais n’en aboutit aucun. Rien ne nous émeut, tout est lourd (notamment l’allégorie de l’accouchement douloureux et de l’acte de création, amenée avec la finesse d’un éléphant dans un magasin de porcelaine). Et comme pris dans une obsession saint-sulpicienne à se faire du mal, Aronofsky pousse la comparaison, très à son désavantage, avec le Polanski de Rosemary’s Baby où Mia Farrow porte sans le savoir l’enfant du diable. De ce salmigondis mystico-religieux indigeste, seule surnage, à la tête d’un casting gâché (Harris, Bardem et Pfeiffer n’ont jamais été aussi mauvais), l’impeccable Jennifer Lawrence (pourtant très malmenée dans le film).

 Mother! Réalisé par Darren Aronofsky. Avec Jennifer Lawrence, Javier Bardem,  Ed Harris – 115’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité