Eric Reinhardt: « J’ai beaucoup pleuré en écrivant »

Vedette de la rentrée littéraire, il publie La chambre des époux. Deux livres en un où il raconte l’expérience du cancer de sa femme et décrit le roman qu’il n’a pas pu en tirer. Grosse ambition pour grosse émotion.

illus3517_livre

En 2007, Éric Reinhardt est concentré sur l’écriture de son quatrième roman  – Cendrillon – lorsqu’il est interrompu. On vient de diagnostiquer un cancer à sa femme… Tout s’arrête. Ou plutôt, tout devrait s’arrêter s’il n’y avait cette alliance secrète. “Je voulais évidemment être près d’elle pendant la maladie, mais ma femme m’a demandé de continuer à écrire mon roman, explique Éric Reinhardt qui, de l’expérience, en a tiré la matière de son nouveau livre La chambre des époux. Elle m’a dit qu’elle avait besoin de savoir que je me battais avec mon roman pendant qu’elle se battait avec son cancer. Elle m’a dit: ‘En septembre, tu sors ton livre, et moi je suis guérie – on passe à autre chose”. Elle a été ma force pour écrire, j’ai été la sienne pour guérir. J’ai écrit la moitié du roman en trois mois, ce qui pour moi est considérable. J’étais transfiguré par la peur qu’elle ne meure, c’est comme si je mettais ses jours en danger si je n’arrivais pas à écrire ce livre. Une sorte de pacte assez étrange.” 

Dans La chambre des époux, vous racontez comment le cancer de votre femme vous a poussé à finir un roman en cours de rédaction – Cendrillon. Dans le livre s’emboîte un autre livre sur l’expérience de la maladie dont vous livrez le contenu…

ÉRIC REINHARDT – Autour du cancer de ma femme, je voulais écrire un roman qui devait s’appeler Une seule fleur, mais je n’y arrivais pas. J’ai compris que je devais raconter l’impossibilité d’écrire le livre. J’ai donc raconté mon expérience personnelle de la maladie, tout en décrivant ce qu’il y aurait dans le livre que je voulais écrire – un peu comme un architecte déroule et explique des plans. Une seule fleur est donc un livre fantôme.

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité