L’intimes festival côté BD

Bastien Vivès, auteur de Polina, et Mathieu Sapin, qui a signé  des reportages dessinées sur François Hollande et sur Gérard Depardieu, sont à Namur. On dit banco.

illus3417_intime2

Le premier a les cheveux longs et les lunettes de l’ado qu’on a trop vite extirpé de son âge favori. L’autre a le cheveu plus rare et l’œil de celui qui observe le monde sans rien en rater. Bastien Vivès a conquis les lecteurs (et les lectrices!) avec des récits convoquant les remous intimes tout en sachant jouer des codes du grand spectacle, avec en bonus une solide dose de vie quotidienne, rarement cucul. Mathieu Sapin, c’est son observation à la fois chirurgicale et totalement libre des puissants qui lui a valu le statut de BD-reporter de haut vol. La preuve: François Hollande lui a laissé les clefs de l’Élysée, et Depardieu celles de sa vie la plus intime.

Aussi éloignés qu’ils puissent paraître, ils se retrouvent pourtant sur un point: quels que soient la technique, le genre ou le sujet, ils parlent au plus juste de nous. Avec sa danseuse Polina, ses jeunes femmes évanescentes, ses super-mamans post-apocalyptiques ou ses gamins troublés par une fille pas farouche, Vivès ne traite au fond que de nostalgie et de questionnements existentiels et/ou romantiques qui nous asticotent tous. Sapin, s’il nous ouvre les portes du pouvoir français, ou nous installe sur le siège passager du side-car de Depardieu bondissant entre les nids-de-poule ukrainiens, c’est pour mieux nous plonger dans l’intimité d’un président “normal” ou d’un acteur hors normes.

Une intimité forcément plus subtile et riche que la caricature qu’on en fait d’habitude. Pas étonnant dès lors que ces deux-là ont tapé dans l’œil de Benoît Poelvoorde, expert en failles, reliefs et fêlures. Car derrière le dessin pseudo-naïf et les blagues paranoïaques de Mathieu Sapin, et l’esbroufe virtuose des cascades, bagnoles et femmes à poil de Bastien Vivès, se cache une œuvre qui carbure à la justesse humaine.

Rencontre Bastien Vivès, samedi 26 à 14h45.
Rencontre Mathieu Sapin, dimanche 27 à 16h.

Mais aussi:

  • Philippe Katerine: Petite conférence musicale à travers laquelle le chanteur de Louxor j’adore présente deux livres graphiques   – Ce que je sais de la mort et Ce que je sais de l’amour. Une personnalité, un univers, c’est le moins qu’on puisse dire.
    Samedi 26 à 17h30.
  • Lété des charognes: Simon Johannin a proposé ce roman pour son jury de fin d’année à l’école de La Cambre  à Bruxelles. Voyons voir ce que ça donne…
    Samedi 26 à 14h15.
  • D’autres rendez-vous: Les lectures de l’Intime se poursuivront plus tard avec Winter is coming de Pierre Jourde lu par Charles Berling (le 18/11), L’intérêt de l’enfant de Ian McEwan par Nathalie Dessay    (le 18/11) et Tout ce   qui monte converge    de Flannery O’Connor par Claire Boson (le 24/2/18).

Sur le même sujet
Plus d'actualité