Un an dans le cabinet d’une sexothérapeute

Frigidité, éjaculations précoces, manque d’ardeur… Les maux sont nombreux et les causes divergent. Plongée dans l’intimité d’un cabinet de sexologie grâce à Sexothérapies, l’ouvrage d’Elsa Fayner.

©Cäät

Les six premiers mois, tout allait bien, et puis j’ai espacé… En fait, je me lasse vite, je crois. Quelques années de relation et le désir n’est plus. La situation n’est pas exceptionnelle en soi. Sauf que cette fois, pour pérenniser le couple qu’il forme avec sa nouvelle compagne, Luc a décidé de sauter le pas   et d’aller consulter. Finalement, son problème s’avérera bien plus profond qu’une simple panne d’envie. Il remonte à l’enfance, un jour où son coach de sport a tenté de le violer alors qu’il n’avait que dix ans. Depuis, dès qu’il s’attache à une femme, il a l’impression de la souiller. “Alors que cela fonctionne très bien avec des inconnues.” 

Est-ce que cela nous regarde? Oui. Savoir ce qui se passe chez son voisin, c’est une manière de se rassurer face à sa propre sexualité, vérifier qu’on correspond aux “normes”. Parce que les tabous sont légion. Entre ce que l’on raconte et ce qu’il se passe réellement dans la chambre à coucher, il y a souvent un gouffre et une bonne dose de mal-être couvrant mille et un problèmes différents. Pourtant, peu sont ceux qui osent passer la porte d’un cabinet de sexologie une bonne fois pour toutes. Malgré l’époque, qui se veut libérée, on n’a jamais été aussi nombreux à se questionner sur le sexe. C’est le constat qu’a fait la journaliste française Elsa Fayner, à la suite d’une longue interview avec une sexologue dans le cadre d’un article. 

Les propos de ce médecin lui restent en tête pendant plusieurs années, jusqu’au jour où elle ose elle aussi et lui demande si elle peut, non pas venir consulter, mais assister à des rendez-vous de sa patientèle pour écrire un livre sur les coulisses de ce métier si particulier. “Cette sexologue m’avait aussi marquée dans l’analyse qu’elle faisait des raisons de consulter, de l’état de la société, mais aussi dans ses méthodes, se souvient Elsa Fayner. Elle pratique l’hypnose médicale.” Le résultat tient dans un ouvrage passionnant et intime qui lui a demandé plus d’un an d’observation: Sexothérapies.

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité