Virginie Despentes: « Vernon Subutex? J’ai sué »

La fille scandaleuse qui a écrit et filmé Baise-moi est devenue l’une des romancières les plus lues. La faute à Vernon Subutex, livre phénomène scannant la géographie escarpée de notre époque mal barrée.

illus2817_despentes

Quand elle fait paraître Baise-moi en 1993 (elle a 24 ans), c’est chez un petit éditeur indépendant (Florent Massot) et le livre choque. À cause de son titre impoli et mieux, pour ceux qui l’ont lu, pour son contenu. En 2000, comme pour bien marquer le siècle qui commence, l’adaptation cinéma de Baise-moi (qu’elle réalise avec l’actrice X Coralie Trinh Thi) fait scandale. Laurent Joffrin, alors directeur de L’Obs, publie un article où il exprime son dégoût et, inconsciemment, sa panique de voir une fille mettre son sexe sur la table et pointer du doigt les schémas de domination qui renvoient les femmes sur l’étal des bouchers.

Depuis, Despentes n’est plus là où elle a commencé. Elle a son siège au jury Goncourt (au début, on ne l’a pas cru), et une place au soleil dans la liste des best-sellers. Trilogie scannant les mouvements de société dans une France qui flanche (dans la peur, la précarité et le racisme), Vernon Subutex est un phénomène de librairie qui sera bientôt adapté en série pour Canal+. Pour incarner Vernon, disquaire SDF qui renaît en gourou d’une communauté post-hippie (lire p. 49 du Moustique de cette semaine), Virginie Despentes aurait bien vu Marc Lavoine, mais “eux, ils n’y croient pas”, dit-elle.

Avez-vous déjà analysé le succès phénoménal de Vernon Subutex ?

VIRGINIE DESPENTES – J’y réfléchis. Je me demande quand même… (Long silence.) La peur irrationnelle mais réelle de se retrouver dans la situation de Vernon. Basculer dans la précarité, ça fait écho chez pas mal de gens. Suite à la crise de 2008, il y a eu pas mal d’expulsions, aux États-Unis ou en Espagne, et on sait qu’il y aura une autre crise. Il y a aussi cette sensation que vivent les gens de 50 ans qui savent qu’on est passé d’une époque à une autre. Il y a des choses qu’on pensait impossibles il y a vingt ans qui sont devenues banales aujourd’hui. Vernon Subutex essaie de raconter ça et ça a intéressé des gens.

Cela vous a étonnée ?

On est toujours étonné d’un succès, mais je suis contente. Dans un parcours d’auteur, un succès c’est une chance. Ça fait du bien. 

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité