Ardentes 2017: le coup d’envoi donné par Coely

Un site complètement réaménagé attendait ce jeudi les festivaliers en bord de Meuse. Gaming, start-up, keynotes et, ouf, de la musique sont au programme de ces quatre jours. Malgré une mini-tornade, cette onzième édition a plutôt bien démarré. Découvrez les premières photos de Mathieu Golinvaux.

Coelly copyright Mathieu Golinvaux

« Fuck The Rain »,  s’écrie l’Anversoise Coely. Il est 15h40 ce jeudi et la rappeuse anversoise foule la scène principale des Ardentes en scrutant les nuages. Quelques minutes plus tôt, une mini (mais alors vraiment mini) tornade s’est abattue sur le site, poussant  les organisateurs à interrompre brièvement les festivités. Mais il en faut plus pour repousser Coely qui est devenue la « spécialiste » des ouvertures de festivals, une semaine seulement après avoir inauguré le grand podium de Rock Wercher.

La Queen des vibes

Comme à Werchter, la jeune artiste sort charme naturel, groove incendiaire, flow limpide, tracks fédérateurs (Don’t Care, Celebrate,) et tonnes de bonnes vibes pour toucher le public. Comme à Werchter, elle réussit dans sa mission. Certes, il n’y a encore que quelques centaines de personnes, mais ça fonctionne. Cette fille-là, elle sait tout faire. Cette fille-là, c’est de la balle. Cette fille-là n’a pas fini de nous surprendre. Paru au printemps dernier, son premier album Different Waters est sur le point d’être distribué en France via Barclay, une filiale d’Universal et ça va faire mal…

Ainsi fait Faon Faon

On enchaîne avec le duo Faon Faon qui joue sur la Rambla, la plus petite des trois scènes extérieures du festival avec  vue sur la Meuse, les péniches et les bâtiments industriels plantés sur l’autre berge. Dans la foulée de leur premier EP sorti à l’automne 2016, Fanny et Olympia multiplient les apparitions scéniques, affinent leur jeu de scène et enrichissent leur répertoire de nouveaux morceaux. On aime ces deux filles, on aime leur poésie française version 2.1 où les mecs n’ont pas toujours le bon rôle, où il est question de choux de Bruxelles, d’esquimaux et de trip zen au milieu des temples d’Angkor. Ici aussi, il n’y avait pas encore foule mais leurs refrains électro/pop  font office d’apéro. Et à Liège, l’apéro, ça ne se refuse pas. Booba, Soldout, Gucci Mane, frère Jacques, Pone ou encore Young Thug doivent encore se produire ce soir.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité