Future Islands, le groupe le plus fou de Werchter

Un nouvel album sous le bras, le groupe américain a inauguré sa nouvelle tournée européenne sur la plaine de Rock Werchter. Entre synthés et chants cintrés, Future Islands s’expose au succès. Sans modération. Ni camisole de force.

future_islands_mathieu_golinvaux

Il faut le voir pour le croire. Sur le papier, Future Islands est un groupe ordinaire. Banal à mort. Venus de Baltimore, les quatre garçons affichent des charismes de gnous: chemises cintrées, calvitie bien entamée et allures de banquiers en pause déjeuner… En milieu d’après-midi, ce vendredi à Rock Werchter, l’affaire sent l’effroyable erreur de casting. Sauf que, sur scène, les musiciens peuvent compter sur leur chanteur, Samuel T. Herring. Voix grave et granuleuse, caverneuse et dramatique, l’homme semble dopé à la kétamine, à la caféine, à tout et – sans doute – n’importe quoi. Toujours est-il que le crooner du jour aperçoit des choses que le public ne voit pas, écoute une petite voix que personne n’entend. Sur sa planète, bien loin dans la forêt, l’artiste assure le spectacle de bout en bout. 

Entre Joy Division et Depeche Mode

Derrière lui, les copains recyclent les synthés de Depeche Mode et reconstituent les lignes de basse de Joy Division. C’est bien fait. Mais franchement, sans la voix grandiloquente de Samuel T. Herring, ce braquage passerait carrément pour du pillage. Fort heureusement pour Future Islands, le chant fait ici toute la différence. Conquérant, parfois kitsch, le petit bonhomme ventripotent agrippe le micro et offre de véritables instants de magie à ce concert. Au croisement de la new-wave et du post-punk, la musique du groupe américain électrise la foule rassemblée sous les voûtes de The Barn. Venus présenter les morceaux du récent The Far Field, les mecs alignent les nouveaux titres (Ran, North Star, Cave) et confirment la puissance de leurs précédents singles (Tin Man, Seasons, Spirit). Complètement allumé, Samuel T. Herring jette des regards hallucinés en direction du public. C’est fort, surprenant, toujours percutant. De retour en Belgique à la rentrée, Future Islands squatte l’Ancienne Belgique pendant deux jours. La date du 10 novembre est déjà complète. Mais il reste encore une poignée de places pour le lendemain. L’occasion – ou jamais – de goûter à la folie (furieuse).

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité