12 bonnes raisons d’aller aux Ardentes

Pour sa onzième édition qui se déroule du 6 au 9 juillet, le festival liégeois réaménage son site, offre un espace gaming et séduit toujours avec une programmation internationale de haut vol. 

Les Ardentes ©BelgaImage

Fortement critiqué pour son acoustique approximative, le hall omnisport de Coronmeuse n’accueillera plus de concerts cette année aux Ardentes. Mais il sera le refuge des geeks qui pourront notamment s’y éclater avec des jeux vidéos vintage. Ce n’est que l’une des multiples innovations d’un festival qui ne cesse de se réinventer au fil de ses éditions tout en affirmant ses ambitions. Moustique vous donne douze bonnes raisons d’y aller.

Coely

Une semaine après Rock Werchter (où elle est la seule à défendre notre scène hip-hop), Coely débarque à Liège avec ses bonnes vibes, ses textes nourris d’une expérience de vie déracinée et ses influences old-school (de Lauryn Hill à Bob Marley) dans lesquelles elle insuffle toute sa fraîcheur. Nous l’avons vue à quatre reprises cette année et elle nous a toujours emballés. Du hip-hop positif, festif et conscientisé comme on l’adore.

Jeudi 6, 15h40, Open Air.

Young Thug

Invité de dernière minute, Jeffery Lamar débarque en Coronmeuse avec un nouvel album “Beautiful Thugger Girls”, sorti ce 16 juin. Le rappeur d’Atlanta y impose des influences improbables. Il est fan de country et de Bob Marley, distille son flow entre trap et hip-hop sans oublier de nous plonger dans des refrains plus pop. Avec Drake comme producteur exécutif de ce nouveau projet, des guitares acoustiques qui traversent plusieurs morceaux ainsi que Snoop Dogg et Future en embuscade, Young Thug affirme sa différence. Assez d’arguments pour en faire un immanquable de cette édition.

Jeudi 6, 19h30, Open Air.

Damso

Ne cherchez pas ailleurs, le leader de la nouvelle scène hip-hop belge, c’est lui. A la rentrée, le garçon va remplir Forest et faire le tour de toutes les grandes salles en France. En mai dernier, Damso a réussi à placer pas moins de onze chansons dans le top 50 des titres les plus écoutés en France. Et son nouvel album “Ipséité” en compte quatorze. Le rappeur né à Kinshasa flingue sans foi ni loi dans ses textes crus mais réalise aussi des prouesses à la production. “A force de travail, d’abnégation, on arrive à tout” déclarait-il à Moustique à la sortie de son disque. Il réussit en France ce qu’aucun rockeur francophone ne parvient à faire. Incontournable.

Vendredi 7, 20h30, Wallifornia.

Jacques

Avant ses concerts, Jacques demande à l’organisateur du festival de choisir une série d’objets: une raquette de tennis, du fil à coudre, un râteau, une vidange de Jupiler, une sonnette de vélo C’est avec ce petit trésor qu’il improvise ses prestations. Le garçon à la coupe de cheveux zarbi a le mérite de ne jamais tomber dans la performance pour hipster snobinard mais de proposer de vrais tracks qui font danser. Le jour de son concert, frère Jacques donnera une keynote (et peut-être l’adresse de son coiffeur) au Wallifornia Musictech.

Jeudi 6, 20h50, Rambla.

Roméo Elvis et Le Motel

Le rappeur de Linkebeek se lance dans un marathon des festivals cet été avec Le Motel et ce n’est que du bonheur. Sur scène, le garçon retourne tout, emmène son public où il le souhaite et ne tombe jamais dans l’esbroufe. A moins de rester cloîtré dans votre jardin, vous n’y échapperez pas. Une remarque qui vaut aussi pour le duo Caballero & JeanJass également présent aux Ardentes.

Vendredi 7, 18h30, Wallifornia Beach.

RIVE

Avec une voix aérienne, une batterie, une guitare et un zeste d’électro, RIVE réinvente la chanson française et lui donne un goût de parfum dream pop que ne renierait pas Beach House. Lauréat du concours F Dans le Texte et du Franc’Off, le duo mixte bruxellois s’affirme comme l’outsider à suivre cet été. Et c’est à Liège que leur périple estival débute.

Vendredi 7, 14h50, Rambla.

La Femme

Faisons court: La Femme est le meilleur groupe de rock français en live, chacune de ses prestations se transformant en déjante totale. Leur prestation au Dour Festival en juillet 2016 fait désormais partie de la légende. On en connaît même qui n’y étaient pas affirmer que c’était “top méga génial grandiose”. Cet été, ils sont aux Ardentes et au BSF. Fête assurée.

Samedi 8, 19h30, Open Air.

Songhoy Blues

Après le succès de son premier album “Music In Exile”, les Maliens de Songhoy Blues enfoncent le clou et élargissent les horizons avec “Resistance”. Chez Aliou Touré et sa bande, ce terme “résistance” n’est pas édulcoré quand on sait tous les coups du destin qu’ils ont enduré, au même titre que toute la population malienne. Mais chez eux, ce combat passe aussi par la fête et l’espoir. 

Samedi 8, 20h50, Rambla.

Mac Miller

Le rappeur blanc de Pittsburgh a été contraint d’annuler son passage aux Ardentes en 2016 pour raisons de santé. Il nous revient cette année avec un nouvel album, “The Divine Feminine”, sous le bras. Preuve que Malcolm McCornick pèse désormais lourd, Kendrick Lamar, Bilal, Anderson. Paak et Ty Dolla ont prêté main-forte en studio à ce farouche adversaire de Donald Trump.

Samedi 8, 21h30, Open Air.

Liam Gallagher

La tête de nœud de la pop mancunienne a enfin confirmé la sortie de son premier album solo pour cet automne. Ce disque intitulé “As You Were” a notamment bénéficié de la collaboration Greg Kurstin (Adèle, Beck, Lily Allen). “Ce n’est pas du Pink Floyd ou du Radiohead. C’est du rock avec le menton en avant”, prévient Liam. Le premier single Wall Of Glass donne envie. Une jolie exclusivité pour les Ardentes et l’assurance de voir débarquer quelques clones de Liam vêtus d’un parka.

Dimanche 9, 20h15, Open Air.

Julien Doré

Le chanteur français de l’année, c’est lui. Dans la foulée de l’excellent “&” paru l’automne dernier, Julien Doré a fait l’unanimité avec sa prestation cinq étoiles à Forest National le 12 mai. Si vous n’y étiez pas, allez zieuter les vidéos pirates circulant sur la Toile. Les Ardentes ont l’habitude de placer une tête d’affiche familiale et fédératrice en clôture de festival. C’est du très lourd cette année. Doré est ici chez lui…

Dimanche 9, 22h00, Open Air.

Wallifornia 

Profitant du réaménagement du site du festival, l’espace Wallifornia s’élargit pour proposer une palette d’activités créatives et ludiques aux festivaliers. Nouveauté, un espace Gaming permet de replonger entre deux concerts dans les plaisirs de jeux vidéo old-school avec une pléthore de consoles vintage. Le Teens Lab s’adresse, pour sa part, aux adolescents qui peuvent créer en live de la musique électro. Entre séances de yoga, karaoké, rampe de skate et dj set avec vinyles fifties, il y a aussi des animations plus cérébrales sous la forme de keynotes, de débats, de séances d’information (avec notamment le Francais Jacques qui dévoilera les secrets de ses improvisations), présentations de start-up et même un très prometteur Hackathon, soit un marathon de 24h où les participants doivent plancher sur des projets liés à la musique et à la technologie.

Info sur www.walliforniamusictech.com

Sur le même sujet
Plus d'actualité