La Louvière : le théâtre termine sa mue

En travaux depuis six longues années, le théâtre de La Louvière commence à entrevoir la lumière au bout du tunnel. Inauguration prévue le 15 novembre 2017.  

theatre_-_img2999-fabrice_plas-172

Vu de l’extérieur, il y a encore un peu de travail, mais une fois à l’intérieur, tout respire le neuf. Et Dieu sait que cette rénovation s’est apparentée à un long chemin de croix. Entre un voisin récalcitrant à céder un bout de terrain et des entreprises qui se désistent, ces travaux ont connu leur lot de rebondissements. Le lifting du bâtiment était cependant nécessaire. Inauguré en 1960, le théâtre commençait à montrer des signes de faiblesses comme des fissures dans la cage de scène ou des installations qui ne répondaient plus aux normes. Quitte à prendre le temps, autant bien faire les choses. La Louvière dispose désormais d’un outil parfaitement polyvalent. La salle compte maintenant 954 places mais elle peut remodeler aisément sa capacité. Le balcon, l’allée centrale et les sièges rouges ont disparu, laissant la place à un gradin de plain-pied et des fauteuils gris plutôt confortables. De nouvelles loges et espaces de vie ont également fait leur apparition. Enfin, la fierté de l’équipe réside dans des caractéristiques techniques comme le système d’amplification acoustique.

 

« Vous ne trouverez pas ailleurs ce que vous pouvez trouver à la Louvière » clame fièrement Vincent Thirion, le directeur du Théâtre. L’homme a travaillé dur pour offrir une programmation riche et variée en vue de cette saison 2017-2018. Pour l’inauguration prévue le 15 novembre 2017, c’est le Slava’s Snow show qui se chargera d’ouvrir les hostilités avec cinq représentations. Un spectacle clownesque et poétique où le public est en constante interaction avec les comédiens. Il y aura aussi de la musique (Christophe, Saule, Konoba + Sonnfjord, Fishbach et Luz Casal entre autres), du cirque, du théâtre bien évidemment et de la danse. On l’aura compris le CCRC (Centre culturel régional du centre) veut (re)devenir un acteur incontournable du paysage wallon. Pour faciliter la vie de son public, il proposera des services de baby-sitting pour laisser profiter les parents de leur soirée. Le renouveau a donc été bien préparé. Vincent Thirion le dit avec un large sourire : « plus besoin de courir à Mons ou à Charleroi maintenant » ! La Louvière is back.  

Sur le même sujet
Plus d'actualité