Histoires d’origine controlée

Sur scène, dans Ni dieux ni maîtres mais du rouge!, il parcourt l’histoire de l’humanité un verre de vin à la main. Il en profite aussi pour déconstruire ce petit snobisme qu’est devenue l’œnologie.

illus2417_boschman

Au théâtre, il est rare que le spectateur reçoive un joli verre à vin avec son programme. Mais Éric Boschman, le sommelier le plus médiatique de Belgique, sait recevoir. Quand il raconte sa passion dans son “wine man show”, il offre à boire. Des bulles, du blanc, du rouge. Argentin, grec, portugais. Ni dieux ni maîtres mais du rouge!, qu’il joue maintenant depuis 2014, n’est pourtant pas une dégustation. C’est surtout l’occasion de raconter l’histoire par le prisme du vin,   d’atomiser avec humeur et humour quelques idées reçues sur son métier mais aussi sur les religions ou la politique. Bref, avec Éric, tout le monde trinque!

Si ce n’est ni une dégustation ni une conférence, c’est quoi, ce spectacle?

ÉRIC BOSCHMAN – C’est un grand cri d’amour. Le fil conducteur, c’est l’Histoire avec un grand H. Les bouteilles, c’est le décor. Pour moi, l’Histoire est extrêmement importante. Et j’aime mettre le doigt sur des trucs qui grattent, en expliquant par exemple que la guerre sainte, c’est quand même nous qui avons initié le concept. Je me moque aussi du métier de sommelier, de ce côté jargonnant qui consiste à citer des arômes débiles ou des mots savants. J’essaie d’expliquer que la base, c’est le plaisir. C’est un conte hédoniste. 

Vous cassez aussi beaucoup d’idées reçues sur les rapports entre vin et religion.

Il y a un bouquin qui s’appelle Une anthologie du vin et de l’ivresse en islam de Malek Chebel (chez Pauvert – NDLR). C’est fascinant. Le nombre de textes qui parlent du vin dans l’Islam est hallucinant. La notion d’interdit revient régulièrement mais tu comprends en lisant les textes que l’interdit concerne l’ivresse, pas la consommation. Quel besoin a-t-on de raconter des mensonges, d’entretenir des mythes? C’est cela que j’essaie de casser.

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Ni dieu ni maîtres mais du rouge! au Théâtre Le Public de Bruxelles jusqu’au 30/06.

Sur le même sujet
Plus d'actualité