Camille, reine du Cirque

Inclassable, audacieuse, la chanteuse s’est engagée corps et âme sur la scène du Cirque Royal. Entre transes et drôles de danses, l’artiste a illuminé Les Nuits, dévoilant les chansons de son grand "OUÏ" en avant-première. Une prestation intense pour un concert immense.

camille

Absente des écrans radar depuis 2013, Camille retrouve le chemin de la scène à l’occasion de la sortie de « OUÏ », un cinquième album annoncé pour le 2 juin prochain. Ce vendredi soir, au Cirque Royal, la chanteuse a déballé son nouveau bébé en exclusivité. Privilégié, le public bruxellois des Nuits Bota s’est donc vu offrir la primeur de cette première.

Pourtant, avant d’apercevoir la Française pour de vrai, il fallait ouvrir l’œil… Étendue à même le sol, planquée sous un drap bleu, Camille joue à cache-cache, mais montre déjà la voix. Inattendue, une reprise de Joni Mitchell (‘Blue’) s’élève dans les airs tandis qu’un corps se dresse sur scène. Pieds nus, bras levés, Camille dévoile progressivement son visage. Le voile se transforme alors en toge. De la cachette à la tenue de scène, il n’y a qu’un pas de danse : un pas que Camille franchit en compagnie de trois demoiselles et autant de garçons. Percussions et claviers pour les mecs, chœurs pour les filles, la performance prend rapidement des allures de cérémonie. Entre trip et transe, danses traditionnelles et contre-pied parfait, « OUÏ » révèle ses secrets : harmonies vertigineuses (Fontaine de Lait), gymnastique vocale à couper le souffle (Twix), engagement citoyen (Nuit Debout) et besoin irrépressible de secouer le cocotier de la chanson française (Je ne mâche pas mes mots, Langue) témoignent de la vitalité d’une personnalité hors-norme. Entre les nouveaux morceaux (Les Loups), il y a aussi de la place pour les anciens (Ilo Veyou, Paris). Revêtue d’une robe blanche, la reine de la soirée étonne, toujours et encore, avec Fille à papa, une compo de soie, brodée à la mémoire de son père. Un hommage vibrant, mais jamais plombant.

Mené tambours battants, le rappel met en lumière Seeds, nouveau titre mélancolique et percutant. L’occasion pour Camille et sa petite cavalcade de descendre au cœur du Cirque, le temps d’un tour de piste royal. Après ce bain de foule, la chanteuse emporte Ta Douleur vers les sommets. Debout, le public exulte face à cette énergie sans cesse renouvelée. À un concert normal, tout s’arrêterait là… Mais une prestation de Camille n’est jamais banale. À l’heure de saluer l’assistance, elle improvise ses adieux sur un Bruxelles, ma belle (sont des mots qui vont si bien ensemble)’ : un instant magique, polyphonique et un peu fou qu’elle achève entourée de quelques fans. Parmi ceux-ci, une petite fille lui réclame La demeure d’un ciel, un vieux brol tiré du Sac des filles (2002). Joueuse, Camille relève le défi avec panache. Revue et corrigée avec l’appui d’une foule conquise, la chanson résonne dans la salle jusqu’aux dernières secondes. Un moment parfait.

Sur le même sujet
Plus d'actualité