Nuits Botanique: ce qu’il ne faudra pas rater

Le festival bruxellois confirme sa vocation de défricheur de talents. La preuve par cinq.

Nuits Bota ©Prod

Cléa Vincent

Elle ouvre pour Fishbach et il y aura donc du monde pour découvrir cette pianiste de formation qui cite France Gall, Véronique Sanson mais aussi Ariel Pink comme influences. “On pourra nager sous les bateaux”, chante-t-elle sur son premier album “Retiens mon désir” paru fin 2016. Une invitation au grand bleu sublimée par des arrangements vintage et des ornements kitsch.

Le 14/5, Orangerie.

Clara Luciani

Nous avons déjà entendu son timbre langoureux chez Nouvelle Vague, dans la première mouture de La Femme et en tournée avec Raphael. À vingt-quatre ans, cette belle femme aux yeux sombres publie son premier EP “Monstre d’amour” enregistré d’un jet après une rupture amoureuse. Il y a un peu de Françoise Hardy période “Ma jeunesse fout le camp” chez Clara. Et on aime ça.

Le 11/5, Orangerie.

Clare Louise

Elle nous vient aussi de France, mais elle est Belge d’adoption et nous ne la remercierons jamais assez d’avoir établi ses pénates chez nous. Nous vous parlons bien sûr de la révélation folk Clare Louise. Après avoir distillé sa douceur glamour sur plusieurs compositions en anglais, Clare nous revient en formule quatuor avec un nouveau répertoire en français annoncé par le single/vinyle La vase.

Le 16/5, Orangerie.

Rive

Le 30 mars dernier, Juliette et Kévin présentaient au Botanique leur premier EP “Vermillon”. Lauréat du concours Du F. dans le texte et du Franc’Off de Spa, le duo bruxellois y propose sa version moderne d’une chanson française, mariée à des arrangements électro/pop poussant au rêve et à la (dé)rive. Un exercice de haute voltige pour les chouchous de Moustique qui suit ce binôme glamour depuis ses débuts.

Le 18/5, Orangerie.

L’Impératrice

Une hype comme seuls les Français (ou les Anglais) peuvent en fabriquer. Mais cette fois, c’est du tout bon. Vous prenez la bubble pop de Lio, la french touch very chic de Air, l’humour décalé/décadent de Katerine et vous obtenez L’Impératrice. Après de longs délires instrumentaux qui sont la marque de fabrique du groupe, soudain surgit par-devant la voix minaudière de Flore Benguigui. Leurs clips sont hilarants, on vous conseille celui de Vanille fraise.

Le 20/5, Chapiteau.

Plus d’infos sur le site des Nuits Botanique

Cliquez pour découvrir notre playlist : 

La Playlist des Nuits Botanique ©Moustique

Sur le même sujet
Plus d'actualité