Cancer: une exposition non contrôlée peut vous faire la peau

Le mélanome, c’est pas pour rigoler. Il est urgent de prévenir plutôt que (tenter de) guérir.

Cancer de la peau ©Prod

Chaque année, entre le 8 et le 12 mai, quelque 180 dermatologues dépistent gratuitement environ 1.800 patients pour Euromelanoma. Thomas Maselis est l’un de ceux-là. Et lâche d’emblée une bombe: “En Belgique, l’année passée, on a diagnostiqué 35.000 cancers de la peau. Soit autant que la somme de tous les autres cancers!” , nous explique le dermatologue. Les basaliomes concernent 80 % des cas. Ils ne métastasent jamais mais restent agressifs localement. Lorsqu’on les enlève, a priori, ils sont guéris. Les épithéliomas spinocellulaires comptent pour 10 % des cas. Ils métastasent mais à un stade tardif et sont guérissables. 

Le boom des bancs solaires depuis 1960 est un autre facteur. Ça va faire des ravages dans les générations à venir !

Restent les mélanomes, les plus dangereux. Ils proviennent des cellules pigmentaires, très peu fixées aux autres. C’est pour cela qu’ils se répandent très vite. “Ils étaient très meurtriers, mais on dispose de nouveaux traitements pour les mélanomes métastasés, qui permettent de freiner leur avancée. Sur 3.000 mélanomes diagnostiqués par an, on déplore 300 décès. Ceci étant, en 1940, 1 personne sur 1.500 développait un mélanome. Aujourd’hui, on est à une sur 75. Et on prévoit que dans 20 ans ces chiffres vont tripler.” Pourquoi une telle explosion? “Un des grands facteurs qui explique l’augmentation des cas en Belgique, c’est l’explosion des voyages, à partir de 1950. On partait à la mer, puis toujours plus loin, en Italie, en Turquie. De plus, dans les années 60, 70 et même 80, les crèmes solaires étaient inefficaces.” Le dermatologue tient également à mettre les choses au point: “Le boom des bancs solaires depuis 1960 est un autre facteur. Ça va faire des ravages dans les générations à venir! Le lobby des vendeurs fait tout ce qu’il peut pour désinformer le public, mais je vais être très clair: le banc solaire est un carcinogène de classe 1, c’est prouvé, comme la cigarette ou l’amiante”.

La douleur n’est pas un indicateur

Règle numéro un: en cas de doute, consultez, toujours. Règle numéro deux: prévoyez un contrôle annuel chez le dermato et faites un check tous les mois. N’observez pas que les grains de beauté: “Les autres types de cancers sont des plaques couleur chair, souvent sur les oreilles ou les joues, des lésions qui grandissent ou ne guérissent pas, des croûtes qui reviennent. En général, tout ce qui est bizarre! La douleur n’est pas un indicateur: une lésion cancéreuse peut être indolore”. Tous les mois, passez en revue l’entièreté de votre peau, de bas en haut, en n’oubliant pas cuir chevelu, oreilles, sexe, orteils, dos… Ensuite analysez les grains de beauté et petites imperfections selon la règle ABCDE. Ce qui doit vous alarmer: une Asymétrie, des Bords irréguliers ou flous, plusieurs Couleurs, un Diamètre plus grand que 6 mm et enfin une Évolution: variation de taille, forme, épaisseur, texture, saignements, démangeaisons…

Pour découvrir l’article complet, rendez-vous à partir de ce mercredi en librairie ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité