Cartas da guerra: un film envoûtant

Cartas da guerra transfigure le film guerrier à travers la correspondance amoureuse de l’écrivain portugais António Lobo Antunes.

Cartas da Guerra ©Prod

C’est en regardant sa femme lire la correspondance de guerre de l’écrivain António Lobo Antunes, jeune médecin militaire posté en Angola entre 1971 et 1973, que le cinéaste portugais Ivo M. Ferreira a l’idée de mettre en scène un film de guerre épistolaire. La trame historique de ce film au cœur des ténèbres, c’est la guerre coloniale en Angola, sorte de guerre du Viêtnam portugaise qui aboutit à la chute de la dictature salazariste après la révolution des Œillets en 1974. Mais ce qui hante véritablement ce film-poème, c’est l’amour d’Antunes pour sa femme Maria José, “belle comme un Botticelli”, alors enceinte de leur premier enfant.

Dite par la voix furieusement sensuelle de la comédienne Margarida Vila-Nova (femme de Ferreira, également vue chez Raúl Ruiz), la prose d’Antunes évoque un amour fou, habité par toute la saudade (la mélancolie) portugaise. “Jusqu’à ma mort je ne ferai l’amour qu’à toi… Tu es mon navire en partance, ma ville, mon sable entre les doigts, mon pays, mon île, ma mort d’amour, ma femme”. Plaqué sur les splendides images en noir et blanc de chars avançant dans la brousse angolaise, l’effet est chavirant, quasi écrasant.

Pour découvrir l’article complet, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Cartas da guerra (Lettres de la guerre). Réalisé par Ivo M. Ferreira. Avec Miguel Nunes, Margarida Vila-Nova – 105’.

Plus d'actualité