Kendrick Lamar garde sa couronne

Le rappeur de Compton convie Rihanna et U2 sur “Damn.”.

Kendrick Lamar garde sa couronne avec "Damn." ©Prod

Putain”, “Merde”, “Bon Dieu!” Voilà comment on peut traduire le mot “DAMNED” qui s’impose – en lettres capitales rouges – comme titre du quatrième album de Kendrick Lamar lancé sur orbite ce vendredi 14 avril. Sur la photo qui illustre la pochette, le rappeur de Compton pose devant un mur de briques. Il porte un t-shirt blanc, a le regard des mauvais jours et la mine blafarde des lendemains de fête sans sommeil. Bref, il a les boules.

Confirmation avec le propos du disque. Lamar enfonce à nouveau le clou sur les maux qui minent l’Amérique. Entre évocation de son quartier (Element), désillusion de la nouvelle génération (Feel sur fond de hurlements de sirènes), et racisme (Yah), l’artiste au flow toujours élégant chante aussi l’espoir et la spiritualité (Love, God). Musicalement, c’est la grosse claque. Des basses lourdes de Blood au piano d’outre-tombe d’Element en passant par des samples jazz (l’excellent Lust produit par BadBadNotGood) et de douces dérives trip-hop, Lamar montre toute l’étendue de sa culture et son aptitude à renouveler ses beats. Avare de featurings, il ne crédite que trois invités, aucun ne faisant partie de la sphère hip-hop. Mais quels invités ! Rihanna n’apparaît que sur la seconde moitié de la chanson R&B Loyalty, mais ça lui suffit pour faire la différence. Il y a aussi Zacari qui fait de Love un des futurs tubes de cet été et, last but not least, U2 qui apparaît discrètement sur XXX. Lamar conserve sa couronne haut la main.

Kendrick Lamar – Damn. Universal

Kendrick Lamar ©Prod

Sur le même sujet
Plus d'actualité