Olivier Minne biographie Louis Jourdan, le dernier french lover d’Hollywood

De sa ressemblance avec l’acteur français, l’animateur musclé tire une biographie vertigineuse sur l’âge d’or du cinéma américain, Louis Jourdan.

illus1417_minne_belgaimage

Fin des années 80 à Paris, une professeur d’art dramatique du Cours Florent balance à Olivier Minne une mise en garde qui peut aussi servir de mantra au livre qu’il publie sur Louis Jourdan, légende française d’Hollywood: “Tu as deux gros problèmes, tu as le style de jeu de Cary Grant et les élégances de Louis Jourdan. Les deux combinés, tu ne trouveras jamais de rôle car c’est pas ce qu’on cherche aujourd’hui, on veut des gueules”. Vingt ans plus tard, l’animateur belge au pedigree costaud (Intervilles, Fort Boyard, et depuis peu Tout le monde a son mot à dire sur France 2) parvient à convaincre Louis Jourdan, en exil depuis les années 40 à Hollywood, d’accepter un entretien au long cours qui durera jusqu’à la mort de l’acteur à Los Angeles en 2015 à 93 ans. 
Transcendant avec cette biographie très incarnée le vertige des portraits miroirs, l’animateur se livre à un subtil jeu de maître et disciple face à un homme qui fait tantôt figure de guide, tantôt de père, en tout cas de modèle. Et fait revivre au passage le folklore hollywoodien de l’âge d’or des studios. Repéré par David O. Selznick qui fait de lui un French Lover (à la Jean-Pierre Aumont ou Maurice Chevalier), Jourdan copine avec le Tout-Hollywood, chante et danse avec Sinatra, donne la réplique à Liz Taylor et Grace Kelly ou s’engueule avec James Dean à Broadway. Il aurait été dommage de se priver du témoignage en couleur du Cary Grant français, acteur pudique pour qui les livres cachaient aussi “le secret de la vie”.

Votre livre débute au cimetière de Westwood où est enterré Louis Jourdan, comme Marilyn Monroe…

OLIVIER MINNE – Louis en voulait beaucoup à Hollywood, pour lui le système broyait les âmes. Certains ont mieux résisté que d’autres. Marilyn en fut une des victimes directes, la Fox était très dure avec elle, son ex-mari DiMaggio avait refusé que les studios soient présents à l’enterrement. C’est pour ça que j’ai ouvert le livre avec elle.

La vie de Louis Jourdan est marquée dès le départ par le cinéma. 

Louis est le fils d’Henri Gendre, directeur du Grand Hôtel de Cannes qui contribua à la naissance du festival en 1939, créé au départ pour contrer la pression fasciste de la Mostra de Venise qui venait de récompenser Leni Riefenstahl, la cinéaste d’Hitler. Enfant, les riches Américains qui sont les clients du Grand Hôtel ont un parfum d’ailleurs qui le font rêver. Plus tard, son physique de jeune premier le place sur les comédies romantiques françaises des années 40. Il compte parmi les beaux gosses de l’époque comme Alain Cuny ou Jean Marais. Ce qui m’a intrigué, c’est à quel point le destin s’est ensuite présenté à lui.

Louis Jourdan, le dernier french lover d’Hollywood, Olivier Minne, Séguier, 602 p.

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité