Ed Sheeran, le roi des charts

Ed Sheeran sort “Divide” et tutoie les sommets commerciaux dans le plus grand calme. Ne vous fiez pas à sa coolitude, tout était planifié.

Ed Sheeran ©Prod

Il est probablement le rouquin le plus célèbre de la planète depuis Tintin. Et n’en déplaise aux bédéphiles, ça ne risque pas de changer. Avec “Divide”, son troisième album, le Britannique a pris les charts du monde entier en otage plaçant même les 16 titres du disque dans les tops anglais et irlandais. Sur Spotify, il se paie le luxe de fracasser le record de stream en 24 heures, en cumulant 57 millions contre 29 pour le “Starboy” de The Weeknd paru en décembre. Cinq jours plus tard, le compteur en affiche plus de 860 millions… En 2017, peu peuvent se permettre d’en dire autant. Seule une caste très restreinte est capable d’écouler tant de marchandises. D’ailleurs, lui-même nomme ouvertement ceux qu’il considère comme ses concurrents directs: Drake, The Weeknd donc, sa grande amie Taylor Swift, Beyoncé, Bruno Mars et Adele, évidemment, qui a écoulé 20 millions de son  album “25”. Un chiffre qu’il a dans sa ligne de mire pour “Divide”. “Artistiquement, je ne suis pas en compétition avec eux, parce que nous avons chacun notre univers, mais une fois que le disque est sorti, il y a une course jusqu’à la ligne d’arrivée” déclarait-il à GQ qui l’a désigné plus grande pop star masculine de la planète cinq ans après avoir lui avoir remis le titre d’homme le plus mal habillé. 

Plan de carrière

Ne vous faites pas avoir par son air de post-ado toujours détendu, en grattant l’image de boy next door, on trouve un artiste ambitieux. Difficile à imaginer quand on le voit chanter, mais son premier geste quotidien n’est pas de caresser tendrement Graham (son chat qui possède son propre compte Twitter suivi par 71.000 personnes). Son réflexe matinal est plutôt de sauter sur son laptop pour découvrir ses chiffres de ventes. “Quel est le problème?, se défend-il dans les colonnes de GQ. C’est tellement fun. Tu n’obtiens pas le succès en travaillant juste pour le plaisir. Regarder les chiffres de ventes permet de voir où il faut faire ce travail. Mon objectif pour le deuxième album était Coldplay. Cette fois-ci c’est Springsteen.” Self  corporate jusqu’à l’os, il a mis la main à la pâte le jour de la sortie de “Divide” en endossant un t-shirt de vendeur pour tenir la caisse du HMV d’Oxford Street pendant quelques heures. 

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

En concert au Sportpaleis d’Anvers le 5 avril prochain.

Sur le même sujet
Plus d'actualité