The Lost City of Z, visionnaire

Le réalisateur américain nous emmène au cœur d’une cité antique.

Gray ©Prod

C’est l’histoire vraie d’un homme hanté par un rêve. En 1906, le brillant officier britannique Percy Fawcett est envoyé par la Société royale de géographie pour arbitrer la frontière entre le Brésil et la Bolivie. Guidé par l’intuition puissante de découvrir par la même occasion une cité antique précolombienne, Fawcett (magnifique Charlie Hunnam) se lance dans l’aventure d’une vie – entouré de sa femme (Sienna Miller) et de son aide de camp (Robert Pattinson, à contre-emploi). Quand l’un des plus grands cinéastes contemporains (La nuit nous appartient, Two Lovers) s’attaque à la découverte d’une cité perdue contemporaine du Machu Picchu inca, ça donne une fresque historique et métaphysique d’une ampleur rare, dans laquelle Gray explore plusieurs sentiers de son cinéma. Sa complicité esthétique avec le chef-opérateur Darius Khondji donne lieu à des scènes visionnaires et oniriques d’une rare beauté.

L’autre grande question du film est à la fois historique et morale, James Gray s’inscrivant dans un cinéma anti-impérialiste qui vient remettre en question la suprématie occidentale, tandis que l’archéologie étaie ses thèses. Mais aussi, le film permet à Gray une méditation existentielle sur la “fortitude” d’un homme et de sa femme qui font ensemble œuvre d’exploration. En un sens on pourrait dire que Sienna Miller tient ici le rôle principal – l’actrice trône impériale en femme d’explorateur qui traverse tout le 20e siècle. À voir absolument.

The Lost City Of Z. Réalisé par James Gray. Avec Charlie Hunnam, Sienna Miller – 141’.


THE LOST CITY OF Z Bande Annonce (2017) par AuCine

Sur le même sujet
Plus d'actualité