Franco Dragone se met à l’opéra

Le metteur en scène belgo-italien revient en Belgique avec une nouvelle création, "Aïda" de Giuseppe Verdi, mis en scène à la sauce Dragone.

Franco Dragone ©Prod / Lisa Roze

Tout commence en 2013, lorsque la directrice du théâtre San Carlo de Naples demande à l’artiste de faire l’ouverture de la saison. Retourner à Naples, sa ville d’origine, et revenir maintenant en Belgique, le pays de son enfance, avec cette nouvelle création napolitaine est une double satisfaction pour Franco Dragone dont les deux pays sont réunis à travers Aïda. Satisfait, mais aussi stressé : « le public belge est un public qui donne du relief à un spectacle, mais aussi un public qui me donne le trac car il est exigeant et composé de gens que je connais ». Aïda sera présenté au Stadsschouwburg d’Anvers et à Forest National (Bruxelles) en mai et décembre 2017, deux salles qui permettront de donner deux versions différentes de l’opéra. Si l’histoire d’amour entre le général Radamès et Aïda, princesse éthiopienne déchue et réduite en esclavage, n’a pas convaincu Franco Dragone, il a trouvé un autre moyen d’être inspiré par l’histoire de Verdi. « Nous avons ajouté des personnages à la pièce qui sont là en permanence, tels les témoins d’une grande histoire, celle des puissants, à laquelle ils n’ont pas droit. » Très sensible aux coupes budgétaires dont souffrent les institutions artistiques, Franco Dragone orne son décor de bouts de ficelles, à l’image des budgets accordés à la culture.

Franco et la justice

A côté de son nouveau spectacle, le metteur en scène doit pour le moment faire face à des accusations judiciaires puisqu’il est inculpé depuis décembre 2015 pour blanchiment de capitaux et fraude fiscale grave et organisée. Le belgo-italien nie cependant toute intention frauduleuse. « Toute personne qui prend une action a plus de risques de commettre des erreurs, et si j’en ai commis une, ce n’est certainement pas en trichant mais plutôt en n’ayant pas les bonnes intuitions dans le choix de mes collaborateurs. » Sa société Productions du Dragon est actuellement en procédure de réorganisation judiciaire, ce qui autorise une entreprise en difficulté à continuer ses activités, sous le contrôle du juge. Ceci lui a permis d’éviter des licenciements importants. Le tribunal du commerce de Mons rendra son jugement le 25 mars. En attendant, Franco Dragone est en pleine préparation d’un spectacle pour Dubaï et la Chine. Le Louviérois considère qu’il est « impossible économiquement parlant » de travailler uniquement en Belgique où le marché est trop petit par rapport au nombre d’employés nécessaires à l’entreprise Dragone.


Franco Dragone met en scène « Aïda » de Giuseppe… par moustique-mag

Sur le même sujet
Plus d'actualité