IAM: « Il faut réapprendre à rêver »

Les vétérans marseillais refusent de plier face au négativisme ambiant et remettent l’espoir au centre des débats sur un huitième album magistral. Ils seront à Esperanzah! le samedi 5 août. 

illus1017_iam_didierderoin

À cinq, ils forment un demi-cercle dans la pénombre d’une arrière-salle d’un hôtel du Marais, à Paris. Et ça plaisante, ça vanne, ça argumente. La veille de notre rencontre, IAM dévoilait devant les caméras de l’émission Alcaline les morceaux de “Rêvolution”, huitième album enregistré entre leur repère marseillais de la Cosca, New York et la Thaïlande. Aujourd’hui, ils accueillent Moustique. Fidèles à leurs habitudes, Akhenaton, Shurik’n, Imhotep, DJ Keops et Kephren répondent ensemble aux questions. Peu importe l’âge. L’accent chante toujours et le propos est plus pertinent que jamais. Regardant l’horizon, IAM  remonte aux barricades avec ce disque qui refuse l’immobilisme, combat le défaitisme et prône l’espoir. Avec son accent circonflexe sur le “e”, “Rêvolution” est un disque copieux (dix-neuf titres) mais jamais redondant. À son hip-hop inspiré, IAM ajoute ici des influences reggae, de la soul et des instruments du Sud-Est asiatique.

Le titre de ce nouvel album marie les mots “rêve” et “révolution”. Une déclaration de foi?

AKHENATON – Oui, c’est sans la moindre équivoque. Nous avons toujours envie de changer les choses. La révolution ne passe pas forcément par une démonstration de violence. Il y a moyen de changer la société en redonnant aux citoyens la faculté d’espérer et de rêver. Le problème, c’est que dès l’enfance, les rêves sont assassinés par le système éducatif. On vous pousse dans un moule et on fait tout pour vous décourager d’en sortir.
SHURIK’N – Dans Depuis longtemps, la chanson qui ouvre l’album, il y a cette phrase très forte: “Mettez le plaisir d’abord”. C’est un truc qu’on s’est toujours dit avec IAM. Même dans les périodes les plus difficiles que le groupe a traversées, nous avons toujours essayé de dédramatiser et de positiver. Cela vaut aussi pour la société. Les réseaux sociaux distillent principalement des ondes négatives. Si on se focalise sur la notion de plaisir, on peut voir les choses autrement. C’est le verre à moitié plein plutôt que celui qui est à moitié vide.

Ce sont des artistes solo qui dominent la nouvelle scène hip-hop. Vous qui avez toujours mis en avant la notion de collectif, comment analysez-vous cette tendance ?

AKHENATON – Le hip-hop d’aujourd’hui ressemble à la société d’aujourd’hui où c’est l’individualisme qui prime. Regardez les réseaux sociaux: c’est le culte du “moi et moi et moi”. Quand nous avons formé IAM, nous nous sommes inspirés de ce qui existait, à savoir les groupes de rock. Nous avons toujours pensé qu’en art, le collectif apportait plus en termes de profondeur et de cohérence. Le hip-hop a aussi suivi l’évolution économique. Au début, tu fondes un groupe, puis tu te rends compte que tu n’as plus besoin de DJ, puis tu vires ton beatmaker et tes MC’s et tu te  retrouves tout seul. Des artistes solo à succès comme Nekfeu, Black M ou Maître Gimms sont tous issus de collectifs.

Avec deux millions d’exemplaires vendus, “L’école du micro d’argent” est l’un des plus gros succès du rap français. Quel regard portez-vous sur cet album sorti en 1997 ?

AKHENATON – Son succès commercial et sa pérennité ont été une grande surprise pour nous. Quand nous avons enregistré “L’école du micro d’argent” en 1997, nous étions focalisés sur le contenu qui était très sombre. On ne pensait pas toucher des gens hors de la sphère hip-hop. Et puis c’est devenu un truc générationnel. Nous avons aussi eu énormément d’airplay en télé, en radio.  Un truc impensable aujourd’hui pour une production hip-hop aussi radicale.

Vingt ans après, les textes sociétaux de “L’école du micro d’argent” sont toujours d’actualité. Ça veut dire que le combat a été perdu ?

SHURIK’N – Sur ce coup-là, on voudrait bien être des has been. Nous aimerions bien que des jeunes nous disent: Vous savez, vos chansons Petit frère ou L’empire du côté obscur, c’est complètement dépassé, ça ne se passe plus comme ça aujourd’hui”.
AKHENATON – Le combat n’est pas perdu, mais ça montre que nos sociétés stagnent. Regardez ce qui s’est passé à Aulnay-sous-Bois avec Théo (ce jeune Noir de 22 ans qui a déclaré avoir été violé avec une matraque par un policier mis en examen depuis – NDLR). Dans leurs explications, les policiers parlent comme les milices qui torturaient sous Pinochet. C’est un accident, son pantalon est tombé, la matraque a glissé malencontreusement dans son anus . IAM n’a jamais eu un discours “fuck the police”, mais on ne peut pas laisser passer ça. Une démocratie juste, c’est une police juste.

Faites-vous de la musique aujourd’hui pour les mêmes raisons qui vous ont poussés à enregistrer votre premier album “De la planète Mars” en 1991 ?

IMHOTEP – Le hip-hop n’est pas un choix, c’est notre foi. Il y a toujours la même passion et le même plaisir à faire des disques. Mais IAM est devenu un groupe de musique vivante. Aujourd’hui, on enregistre des albums pour faire de la scène. C’est là que ça se passe. À nos concerts, on se rend compte qu’il n’y a aucune différence entre le gamin qui est aux premiers rangs et les plus âgés qui viennent nous voir depuis trente ans. Ils viennent pour un son et un discours qui sont propres à IAM.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité