PHOTOS. Les LOLcats à travers les âges

Les chats envahissent le Web, la pub et les podiums, mais cette cat-mania raconte en fait une histoire millénaire. Retour sur ses grandes dates, à l’occasion d’une expo d’art contemporain dédiée au félin de compagnie organisée au cœur de Bruxelles.

Les LOLcats à travers les âges

Les humains se scindent apparemment en deux catégories: les pro-chiens et les pro-chats. Le meilleur ami de l’homme versus le plus indépendant des compagnons. Longtemps, le premier a eu la cote. Depuis la fin des années 80, aux Etats-Unis comme dans nos régions, la population féline a cependant progressé en flèche, supplantant celle des canins. Parce que le chat est plus facile à gérer dans les appartements citadins? Parce que rester seul la journée quand toute la famille vaque à ses occupations ne lui pose guère de problème? On ne videra pas ici la question de toute évidence multifactorielle.

Reste que depuis le début de ce 21e siècle, le chat continue à dominer. Notamment grâce au phénomène des LOLcats, une tendance inaugurée aux États-Unis dès 2005. Contractions de “laughing out loud” ( “j’éclate de rire”) et de “cats”(“chats”), ces vidéos et photos de minous facétieux au parler enfantin, jouant au piano ou conduisant une moto, réuniront aussitôt une communauté quasi universelle de “cat-addicts”, fan de petites boules de douceur au caractère tranquillement rebelle.  

Une cat-riposte citoyenne

C’est à Bruxelles sans aucun doute que le phénomène a donné naissance à son plus bel avatar en novembre 2015. Menant une opération antiterroriste de grande envergure, la police avait demandé à la population de ne pas relayer les éventuelles infos sur les réseaux sociaux. Les internautes belges avaient alors brouillé les pistes en postant des photos et gifs de chats, ce qui avait détendu l’atmosphère. Une cat-riposte citoyenne et pleine d’humour, admirée, louangée bien au-delà de nos frontières. Le chat y gagna quelques galons supplémentaires dans le cœur de l’homme tout comme dans le domaine bien plus futile de la mode, souvent révélatrice néanmoins de courants de fond, et ce en donnant un ton très ”miaou” à la saison automne-hiver 2016-2017. Sur les catwalks, Marc Jacobs y opte pour un chat noir sur une silhouette noir et blanc, Chanel exhibe quelques émojis-chats (émoticons à la japonaise), tandis que Choupette, la vraie chatte et muse très fashion du grand couturier Karl Lagerfeld continue, fière et au-dessus de la mêlée, à faire la couverture de magazines de mode, à garnir des accessoires chics et à se faire des tonnes de followers sur Twitter.

Pour découvrir l’article complet, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Découvrez l’expo du Musée du Chat ASBL. Jusqu’au 26/3. De Markten, rue du Vieux Marché aux Grains 5, 1000 Bruxelles. www.demarkten.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité