En hiver, le Jura se donne des airs de Laponie

C'est le moment d'aller vivre des aventures nordiques dans le Jura. Et en plus, ce n'est qu'à six heures de chez nous.

Jura ©Belga

Les paysages enneigés semblent tout droit sortis d’un roman de Jack London ou d’un film de Nicolas Vanier. La forêt couvre près de la moitié du territoire et l’épicéa règne en maître. Éloge de la lenteur, respect du silence, ambiance ouatée. Mais froid  piquant. Très piquant parfois. Malgré une altitude relativement modeste (1.720 mètres au crêt de la Neige, point culminant du Jura), le climat est rude. Certaines vallées sont soumises à un effet de “cuvette à froid”. Le village de Mouthe, surnommé “la petite Sibérie”, détient d’ailleurs le record de froid de l’Hexagone: -37 degrés ! En hiver, le thermomètre descend régulièrement jusqu’à -20 degrés. La neige scintille alors sous un ciel bleu glacé. Mais nous, rien ne nous refroidit. Pensez donc, on a rejoint les reliefs jurassiens pour s’éclater sur la neige et sur la glace, au travers de pratiques aussi diverses qu’originales…

Les amateurs de ski alpin se donnent rendez-vous sur les pistes de Métabief, Les Rousses ou Monts Jura. Le plus? Les superbes panoramas qui se découvrent depuis le sommet des remontées mécaniques. Celui du Mont d’Or (station de Métabief) s’ouvre sur près de 300 pics alpins! Aux Rousses, les skieurs jouent à saute-mouton sur la frontière franco-suisse en surplombant le lac Léman.

La Mecque du ski de fond

Mais le Jura, c’est avant tout le paradis des fondeurs. Les immenses combes et les plateaux qui s’ouvrent à l’infini forment un terrain de sport à nul autre pareil. L’ensemble du massif compte 21 domaines nordiques totalisant 3.000 km de pistes (www.espacenordiquejurassien.com). Autant dire qu’il y en a pour tous les goûts et toutes les aptitudes ! Que l’on opte pour le ski de fond alternatif (sorte de marche glissée sur des “rails” de neige damés) ou le skating (grands pas sur les côtés, en poussant sur les deux bras en même temps). L’exercice est physique, qui brûle entre 500 et 800 calories par heure. Mais combien bénéfique pour le système cardiovasculaire, l’équilibre, la souplesse, le développement musculaire. Et quel spectacle! Les reliefs jurassiens se dévoilent de crêts en vallons, de forêts de résineux en prairies d’alpage, loin du tumulte des stations. Pour suivre les évolutions des stars de la discipline, deux rendez-vous à ne pas manquer cet hiver: la Coupe du monde de combiné nordique (21 et 22 janvier à Chaux-Neuve) et la Transjurassienne entre Lamoura et Mouthe (11 et 12 février).

Autre mode de déplacement très en vogue dans le haut Jura: les raquettes. C’est la façon la plus simple de progresser dans la poudreuse, la plus ancienne aussi. Une véritable balade en apesanteur. Autour, la nature est silencieuse, calme, comme engourdie par l’hiver. Mais la vie est bien là. Certains animaux ont laissé des empreintes: un lapin, un chevreuil, un oiseau… Les promeneurs les plus chanceux apercevront un chamois, un lynx, voire un grand tétras, ce symbole de la nature préservée des forêts jurassiennes. Les plus aventureux s’essaieront à la rando-raquette de nuit. Sous le clair de lune, la neige bleutée scintille dans la lueur des lampes frontales. Organisées dans les principales stations, ces sorties nocturnes se concluent le plus souvent par un repas dans un chalet d’alpage. Elles resteront parmi les meilleurs souvenirs que vous emporterez du Jura.

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Plus d’infos sur www.montagnes-du-jura.fr

Plus d'actualité