Le sapin: une de nos plus attachantes traditions

Un Noël sans lui n’en serait pas un. Retour sur l'histoire de celui qui nous réunit le 24 décembre.

Sapin ©Getty Images

Qu’il croule sous les boules de toutes les couleurs ou scintille de guirlandes kitsch ou raffinées, qu’il accueille étoiles clignantes, flèches de verre, rennes en bois peint, rubans rouges, suspensions en pâte à sel ou autres bricolages maison en papier doré, le sapin reste, au-delà des modes et des tendances déco, le symbole autour duquel la famille et les proches aiment se retrouver à Noël. Et loin de l’agitation de la vie quotidienne, c’est aussi le moment d’ouvrir, entre le homard, la dinde et la bombe glacée, tous ces cadeaux enrubannés, déposés, après une quête souvent effrénée, au pied de l’arbre de Noël, de ce beau sapin, “roi des forêts, qui garde sa verdure quand par l’hiver, bois et guérets sont dépouillés de leurs attraits” comme le chante le plus connu des hymnes de Noël venu d’Allemagne. 

Une tradition

“Chaque Noël, nous raconte Élise, mère de trois enfants, prise toute l’année dans une vie professionnelle exigeante, je me dis que cette fois-ci je n’aurai pas le courage de mettre tout cela en route, et puis, c’est plus fort que moi, je me lance dans l’aventure, je cours partout, je suis fourbue, mon compagnon aussi. Mais on se retrouve tous les cinq, avec les grand-parents en plus, autour du sapin, le 24 décembre. Nos enfants ne comprendraient pas qu’on déroge à cette tradition.” Une tradition religieuse? “Plus vraiment pour nous, dit Élise. Mais si nous ne sommes pas ou plus croyants ou pratiquants, au pied de notre arbre, il y a quand même encore, comme dans mon enfance, une petite crèche, avec Marie, Joseph, l’enfant Jésus, l’âne et le bœuf.” 

Lié à la Noël, célébrant la naissance de Jésus il y a plus de deux mille ans, le sapin apparaît dès lors, souvent, lui aussi, telle la crèche, comme un symbole religieux. Pas de doute pourtant pour les historiens: l’origine de l’arbre de Noël est païenne. Pour les Égyptiens, les Chinois, les Hébreux, les arbres à feuilles persistantes étaient déjà des symboles de renouveau et de vie éternelle. Et lors des saturnales, fêtées autour du 17 décembre, les Romains célébraient le solstice d’hiver en garnissant leurs maisons de plantes vertes, de houx, de lierre.

C’est au Moyen Âge que les chrétiens ont commencé à décorer un arbre de pommes rouges évoquant celles du jardin d’Éden, le paradis d’Adam et Ève. Mais la tradition proprement dite du sapin de Noël serait née au XVIe siècle en Alsace, où les habitants avaient à la Saint-Thomas, le 21 décembre, la permission de couper les arbres encore verts.

Plus d'actualité