Coupe du monde 2022 : cette polémique qui enflamme les réseaux sociaux après le match d’ouverture

Le premier but annulé de la Coupe du monde 2022 crée la polémique sur les réseaux sociaux. Y avait-il bien hors-jeu?

Y avait-il bien hors-jeu sur le premier but du Mondial ?
Y avait-il bien hors-jeu sur le premier but du Mondial ? © Belga Image

Il n’aura pas fallu longtemps pour que les premières polémiques concernant le Mondial 2022 enflamment les réseaux sociaux. En effet, hier soir, les téléspectateurs qui suivaient le match d’ouverture de la Coupe du monde ont été nombreux à plaisanter sur d’éventuels soupçons de corruption.

Dès les premières minute du match, une décision de l’arbitre du Qatar-Equateur, Daniele Orsato, a créé l’incompréhension. Le but express de l’Equatorien Enner Valencia a d’abord été validé avant d’être analysé pour suspicion de hors-jeu. Le buteur de Fenerbahçe avait marqué de la tête après réception d’un ciseau de son coéquipier Félix Torres dans la surface. Mais juste avant d’effectuer son ciseau, son coéquipier Michael Estrada lui avait remis le ballon de la tête. La VAR a rapidement alerté Daniele Orsato d’un potentiel hors-jeu.

L’innovation technologique de l’arbitrage vidéo permet en effet une détection rapide du hors-jeu grâce à une cinquantaine de caméras disposées dans le stade et à un capteur placé dans le ballon. Grâce à la technologie semi-automatisée de la VAR, il n’aura fallu qu’une petite minute pour que Daniele Orsato refuse le but de l’Equateur.

A lire aussi : Coupe du monde 2022: le meilleur et le pire scénario pour les Diables Rouges

" Pot-de-vin "

Cette décision a provoqué l’incompréhension car rien ne semblait indiquer un hors-jeu de position et aucune indication sur l’identité du joueur n’a été donnée avant la 13e minutes de jeu. Les téléspectateurs y ont vu là un signe de tricherie de la part du Qatar et l’ont fait savoir sur Twitter où de nombreuses personnes font part de leurs soupçons de trucage et de corruption : " On peut parler de pot-de-vin quand l’alcool est interdit ? ", commente l’un d’eux.

Il y avait bien hors-jeu

Cependant, les images confirment bien la position de hors-jeu de Michael Estrada, à l’origine de l’action. Selon le règlement, deux joueurs adverses doivent se trouver plus proches du but que l’attaquant au moment de la passe pour que celui-ci ne soit pas hors-jeu. Ici, un seul joueur qatari couvrait le gardien. La position de hors-jeu est certes courte, mais bel et bien présente, comme le montre cette vidéo ci-dessous.

A lire aussi : Sport, économie, énergie… Le Qatar est-il influent en Belgique ?

Sur le même sujet
Plus d'actualité