Botanique: Gagnez vos tickets pour les meilleurs concerts du mois de décembre

L’Épée, Clairo, Antoine Hénaut... On a sélectionné quelques soirées à ne pas manquer au Botanique et on vous offre bien entendu des places. Foncez!

concours_1200_botadecembre_site

Dernière ligne droite pour la saison 2019 du Botanique. La programmation du mois de décembre brille à nouveau pour sa diversité et son audace. Entre la sensation pop américaine Clairo, les Français de Last Train, les rythmes africains de Kokoko !, on ne compte plus les artistes issus de la Fédération Bruxelles-Wallonie qui ont l’occasion de présenter leurs nouveaux projets dans l’une des salles du Bota. Découvrez nos suggestions et gagnez des places pour ces ultimes frissons mélodiques de la décennie… Participez (ci-dessous) avant le 6 décembre !

L’Épée

Derrière L’Épée, se cache la nouvelle fine lame du rock frenchie. À savoir, Emmanuelle Seignier qui s’associe à Anton Newcombe, leader tourmenté de The Brian Jonestown Massacre et au duo le plus passionnant de Perpignan,The Limiñanas. « Tout a commencé quand Emmanuelle est venue jouer sur notre dernier album », confie le barbu Lionel Limiñana. « Suite à cette collaboration, nous sommes devenus potes. À tel point qu’elle nous a demandé d’imaginer son futur album solo.” Pour assurer la production, le couple suggère Anton Newcombe. “Nous sommes partis chez lui, à Berlin. Là-bas, le feeling était parfait. C’est d’ailleurs Anton qui nous a proposé de travailler ensemble sous le nom de L’Épée.” Pour la comédienne, c’est une révélation: « Je préfère cent fois que ça sorte sous un nom de groupe que sous le mien! L’esprit de gang m’a toujours attirée. J’aime l’idée de partage. D’autant que je n’étais pas réellement satisfaite de mes précédentes expériences en solo…”.

Formation chevronnée, L’Épée touche à la science-fiction (La brigade des maléfices), cite ses sources d’inspiration (Lou Reed pour Lou, Suicide pour Ghost Rider) et aiguise ses riffs de guitare sur les cimes d’un rock vicieux, psychédélique à mort. “Emmanuelle ne voulait pas d’un disque lisse. Elle voulait des chansons rock and roll, dans l’esprit des Stooges et du Velvet Underground », poursuit Lionel Limiñana. Entre vedette yéyé et rock star, l’actrice embrasse un rôle taillé pour elle. À la fois baroudeuse et aventurière, elle s’érige en héritière de Nancy Sinatra, Brigitte Bardot et autres icônes sixties. “En se rapprochant de ce type de productions, nous avons créé des morceaux qui tournent en trois accords. C’est super efficace! Et puis, imaginer Emmanuelle comme l’héroïne de ces petits sketchs un peu gores, c’était amusant. Pour moi, chaque chanson est un court métrage. Et, dans ce cadre-là, Emmanuelle Seigner joue parfaitement son rôle.” Un juste retour des choses en somme. – N.A.

Le 12 décembre, Orangerie, Botanique, Bruxelles.

Clairo

Aux États-Unis, on la surnomme déjà la nouvelle Billie Eilish. C’est dire si les choses vont vite. Trop vite peut-être. Révélée sur la Toile avec le titre Pretty Girl, cette jeune femme de 21 ans vient de publier son premier album « Immunity » où elle déroule sa “bedroom pop” sur fond de guitares indie, d’arrangements do-it-yourself et de questionnements existentiels. Gros buzz du mois et concert déjà complet. Mais Moustique vous a gardé les dernières places. – L.L.

Le 13 décembre, Botanique, Orangerie, complet.

Antoine Hénaut

Il est Hennuyer comme son nom d’artiste le laisse supposer. Élevé dans un milieu circassien, le garçon avance tel un funambule et jongle avec les mots pour proposer une chanson française qui ne manque ni de personnalité ni de sens de l’autodérision. Lancé par le single A table, son troisième album « Par Défaut » est annoncé pour le 17 janvier. Il en dévoile les meilleurs moments dans l’intimité de la Rotonde. Autre primeur en première-partie avec la formation pop/rock bruxelloises Les Naufragés Du Silence qui lèvent un coin du voile sur leur nouvel album à paraître en 2020. – L.L.

Le 14 décembre, Rotonde.

Last Train

Deux ans après le nerveux “Weathering”, le gang alsacien soigne le ton et monte le son sur « The Big Picture ». Sur cette fresque rock sans compromis enregistrée en Norvège (preuve supplémentaire que le groupe français ne fait rien comme les autres), Last Train met du charbon dans la loco, fonce à toute allure vers de nouveaux espaces et casse les structures. Dernier gros concert de l’année au Botanique, dernier rendez-vous incontournable. – L.L.

Le 19 décembre, Rotonde, Bruxelles.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité