Voyage au bout des Nuits

Le Botanique surfe sur les jeunes pousses et les tueurs du printemps. Un bouquet de concerts toniques pour un public ouvert et cool. Petit tour des jardins.

29903

A force de se jouer des genres et des gens, les Nuits Botanique ont réussi à faire voler toutes les étiquettes. C'est un festival, oui, mais pas comme les autres. Privilégiant les découvertes tout en accrochant de grosnomsà leur palmarès comme dEUS, Agnes Obel ou Animal Collective, les Nuits sont aussi soucieuses de défricher les grandes tendances de demain que d'offrir une tribune confortable à la production locale. Décryptage de cette 18e édition qui démarre ce 10 mai.

L'esprit Bota

En misant sur une programmation exigeante, qualitative et audacieuse, le Botanique s'est forgé une identité forte dans le paysage culturel international. Les Nuits constituent le prolongement réussi d'une politique dynamique déclinée tout au long de l'année. Cette fois-ci, pas moins de dix-huit nationalités différentes sont représentées au travers de cent vingt concerts. Près de la moitié des groupes à l'affiche se sont déjà produits durant la saison précédente. C'est le cas notamment d'Agnes Obel et des Vismets présentés comme des découvertes en 2010 et revenant le 17 mai avec le statut de têtes d'affiche, respectivement au Chapiteau et à l'Orangerie.

Confort et ambiance

Avec ses cinq salles d'une capacité de 300 à 2.000 personnes et des concerts qui ont lieu de 20 h à minuit (pour les plus tardifs), le Botanique offre des conditions optimales pour les artistes et le public. La proximité est aussi un facteur qui joue en faveur du centre culturel de la Communauté française. Ce n'est pas ailleurs qu'on voit des artistes – comme l'a encore fait Carl Barat voici quelques semaines – prendre le temps de discuter avec leurs fans à l'ombre des serres. Sur un plan pratique, il y a toutefois deux petits bémols. Il faut être très patient pour être servi aux bars du Bota (c'est plus rapide au Cirque) et, contrairement aux autres festivals, le ticket est vendu par salle distincte et ne permet donc pas de zapper d'un concert à l'autre. Les retrouvailles de cette foule bigarrée se font sur les marches qui mènent aux serres, ou devant les différents stands disséminés dans le parc.

Les têtes de gondole

Quatre concerts (Sufjan Stevens, dEUS, Miles Kane et Agnes Obel) affichent complet avant le début des festivités. Auteur d'un des tubes de l'année avec Walker, Cascadeur emmène une belle légion française avec Cocoon, Moriarty, Katherine, Yodelice, Florent Marchet et Mélanie Laurent. Au rayon rock, les concerts d'Animal Colletive, Joseph Arthur, Black Lips, Low, Akron Family et Mercury Rev (qui jouera l'intégralité de son classique "Deserter's Songs") sont les plus attendus. Avec Laurent Garnier, Caribou, Les Petits Pilous, Gang Gang Dance et Holy Ghost! (malgré un dernier album un peu mou du bide), les amateurs d'électro expérimentale ou festive ont aussi de quoi se réjouir. Quelques signatures dubstep en plus et ça aurait été parfait.

Made in Belgium

Cette année, pas de soirée labellisée "Nuit belge", mais un événement majeur avec le concert exclusif – et complet en un temps record – de dEUS le 23 mai. Les Anversois avaient l'embarras du choix, mais c'est le Chapiteau des Nuits qu'ils ont choisi pour dévoiler en exclusivité leur nouvel album "Keep You Close" qui sort le 17 septembre. Le groupe sera aussi présent cet été au Pukkelpop. Montevideo, Great Mountain Fire, Nox, Joy, les Hoquets, Stéphanie Crayencour, The Bikinians, Lucy Lucy ou encore Pale Grey présentent également leur nouvel album. Pour d'autres, le festival sera l'occasion de voir le chemin parcouru. C'est le cas de l'attachante formation folk liégeoise Dan San déjà présente en 2010 et des vaillants Vismets. Le gang bruxellois ressort, à destination du marché français, son premier album agrémenté de bonus et il a de très belles dates qui s'annoncent cet été.

Les créations

Outre la première mondiale de Congotronics vs Rockers(voir p. XX), la douce An Pierlé reçoit carte blanche pour deux soirées exceptionnelles. Elle se produit en version électrique avec son groupe White Velvet le 14 mai à l'Orangerie et le lendemain en duo acoustique dans l'intimité du Grand Salon. Le 29 mai, rendez-vous est pris à la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule pour le concert Sonic Cathedral donné par l'Ensemble Musiques Nouvelles sous la direction de Jean-Paul Dessy. Quant à la formation américaine Third Eye Foundation, c'est avec une pléthore d'invités qu'elle présente en avant-première son nouvel album "The Dark".

Les Nuits Moustique

Partenaire privilégié de tous les festivals qui comptent, Moustique sera présent tout au long de ces Nuits. Nous vous proposons un compte rendu des concerts les plus marquants sur www.moustique.be, des reportages photo ainsi que d'autres surprises. Vous pouvez aussi retrouver sur notre site les interviews, chroniques et reportages effectués ces dernières semaines sur les artistes présents au festival.

Les Nuits Botanique. Du 10 au 29/5, Botanique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité