[THEATRE] Une pièce de ta Race

Il y a des auteurs qui s’inspirent de la réalité, d’autres qui la précèdent. Le scénariste, réalisateur et dramaturge américain David Mamet appartient à la seconde catégorie. Dans Race, un homme blanc, plein aux as, est accusé par une jeune femme noire de l’avoir violée dans une chambre d’hôtel.

947413

Succès à Broadway. Nous sommes en 2009. Deux ans plus tard, la foudre s’abat sur DSK qui fait face aux caméras du monde entier, hagard et menotté. On ne peut s’empêcher d’y penser. Pourtant, ce n’est qu’une coïncidence. Et puis, la pièce de Mamet va au-delà du fait divers. Les deux avocats (un Noir et un Blanc) entendent gagner ce procès alors même qu’ils savent que leur client est coupable. Et pour gagner, il faut briser les préjugés dont bénéficie la victime. Elle est Noire, il est Blanc. Il y a 50 ans, personne n’en aurait parlé. Aujourd’hui, le coupable joue sa tête…

L’auteur de Glengarry Glen Ross et du scénario des Incorruptibles ne nous ménage pas. Et si ses personnages nous paraissent cyniques, c’est qu’ils sont à l’image de notre monde. Quand la jeune stagiaire du bureau d’avocats lance à la tête du public qu’on a tous des préjugés, nous sommes au cœur de la pièce. Nous et nos choix guidés par des a priori. Raciaux, sociaux ou sexuels. Soutenus par des comédiens impeccables, Race est construit en un suspense haletant. On en sort secoué. Et convaincu que si le racisme se nourrit de discriminations, la discrimination positive en est une autre forme. Peut-être plus pernicieuse. – E.R.

> RACE, jusqu’au 19/10. De David Mamet, mis en scène par Patrice Mincke, avec Babetida Sadjo, Alain Leempoel. Théâtre Le Public. www.theatrelepublic.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité