Théâtre: Tout le monde, ça n’existe pas

Tentant de conjuguer son handicap à l'imparfait dans un seul en scène, Marie Limet est plus que parfaite.

749709

Sur la musique claudicante de Tom Waits, une pin-up sexy perchée sur des hauts talons entame une sorte de strip-tease langoureux… Sauf que très vite, quelque chose cloche. Et pour cause, une prothèse lui sert de second bras, manchon dont Vera se débarrasse tout en mettant peu à peu à nu son moignon. Cette starlette ainsi déséquilibrée questionne la normalité, la peur ("Je touche tout le monde, mais personne ne me touche"), et la pitié que sa monstruosité suscite: "Même les mendiants me foutent la paix".

Écrit, interprété et chorégraphié par Marie Limet, ce court seul en scène ne manque de rien. Par le biais de l’humour, de la provocation, de la poésie et de l’émotion, Tout le monde ça n’existe pas déclenche le rire, suscite malaise,  trouble et questionnement quant à l’anormalité et son contraire… atrophié du a. Comédienne, danseuse, marionnettiste voire ventriloque, la jeune femme livre une véritable performance dans une pièce qu’elle porte à bout de bras, imaginaire ou pas. Bref, une artiste complète dont le spectacle se révèle plus que valide. – B.R.

TOUT LE MONDE ÇA N’EXISTE PAS, du 8 au 26/1 à 20h30. Théâtre de Poche. 02/649.17.27. www.poche.be

Plus d'actualité