Théâtre: Skylight au Public

Monumental face-à-face amoureux entre Erika Sainte et Michel Kacenelenbogen. Coup de cœur.

658603

La scène s’ouvre sur un intérieur moderne et féminin. La cuisine et le salon d’une jeune femme de 30 ans, qui s’apprête à passer une des nuits les plus importantes de sa vie. Sans qu’elle l’ait prévu, Kyra va devoir affronter le retour de son grand amour, un homme marié qu’elle a aimé pendans six ans avant de s’effacer devant sa femme.

Désormais veuf, Tom vient régler le passé. D’une finesse psychologique exceptionnelle, cette pièce du Britannique David Hare (excellent scénariste de The Hours ou de The Reader) ressemble à la vraie vie. Kyra cuisine de vrais spaghettis tomate sous nos yeux, et balance à Tom les fourchettes de son placard comme les restes encore brûlants d’un amour toujours vivace. Et ça fait mal.

Rythmée par l’émotion, d’une fluidité rare pour le théâtre (bravo à l’adaptation française et à la mise en scène de Michelangelo Marchese), la pièce se regarde comme un film. Un drame romantique résolument contemporain qui parle des hommes et des femmes en proie à la difficulté de s’aimer, et de se pardonner.

Tandis que l’amour devient irréconcialiable, on assiste à l’explosion d’un couple de théâtre. Inattendu en amant tendre et violent, l’acteur (et directeur du théâtre!) Michel Kacenelenbogen touche juste face à une Erika Sainte qui bouleverse littéralement la salle.

Avec un naturel mutin et désarmant, la révélation des Magritte du cinéma belge parvient, au-delà du sentiment amoureux, à incarner ce qu’il faut de liberté dans un couple pour qu’il puisse survivre à la passion. Fort.

SKYLIGHT, jusqu’au 31/12. Le Public, rue Braemt 64-70, 1260 Bruxelles. 0800/944.44. www.theatrelepublic.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité